samedi 19 septembre 2020
Accueil / International / Coronavirus: lourd impact économique pour le port de Rotterdam

Coronavirus: lourd impact économique pour le port de Rotterdam

Coronavirus: lourd impact économique pour le port de Rotterdam

Premier port européen, Rotterdam est aussi pour la Chine le principal point de transit des marchandises avec l’Europe du Nord-Ouest. Le trafic mondial des conteneurs devrait chuter de 1 % sur l’ensemble de l’année 2020 du seul fait du coronavirus. Le port hollandais réalise 45 % du trafic intercontinental de conteneurs avec l’Asie. L’autorité portuaire prévoit une baisse d’activité de 20 % pour ce seul secteur. La capitainerie estime toutefois que les effets se font déjà sentir sur l’ensemble de l’activité.

La capitainerie du port de Rotterdam domine une véritable ruche de navires de haute mer, de péniches, de camions et de trains. Toute cette activité va ralentir, mais avec retard à cause des cinq semaines de mer entre la Chine et les Pays-Bas.

« À peu près 20 % de bateaux en moins partent d’Asie, affirme Léon Willems, porte-parole du port de Rotterdam. Voilà pourquoi moins de bateaux arrivent au port de Rotterdam. L’impact est pour tous les cargos. La majorité sont des porte-conteneurs, c’est le plus dur. »

Chômage forcé

45 kilomètres plus loin, à l’autre bout du port, près de l’embouchure de la Meuse, les trois cents employés d’André Kramer chargent et déchargent des conteneurs avec d’immenses grues-portiques. André Kramer s’attend à une très forte période de creux à compter de la mi-mars.

« Nous nous attendons à avoir 40 à 50 % de volume en moins à traiter, sur une période de huit semaines environ, prévoit-il. Je dois dire que le gouvernement a mis en place un certain nombre de possibilités par exemple l’allocation pour chômage forcé. Donc éventuellement, nous devrons si c’est nécessaire renvoyer des employés à la maison. On ne l’a pas fait pour l’instant, mais il faudra bien, si on reçoit 50 % de conteneurs en moins… »

Mais pour André Kramer, après le ralentissement à venir il faudra jusqu’à la fin de l’année pour résorber le retour prévisible des marchandises chinoises.

rfi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut