jeudi 24 septembre 2020
Accueil / Tic & Telecoms / Coronavirus: l’usage de WhatsApp a explosé en Europe

Coronavirus: l’usage de WhatsApp a explosé en Europe

Coronavirus: l’usage de WhatsApp a explosé en Europe

Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, maison mère de WhatsApp, a annoncé qu’il allait tout mettre en oeuvre pour éviter une surchage des réseaux.

En confinement à son domicile comme l’ensemble de la Silicon Valley, Mark Zuckerberg a organisé une conférence de presse téléphone mercredi 18 mars. Le patron de Facebook s’est exprimé sur les nouvelles mesures mises en place par le réseau social pour faire face à la pandémie de coronavirus.

Depuis l’arrivée du Covid-19 sur le territoire européen, la société californienne a constaté une forte hausse des activités et communications sur ses plateformes en ligne. La messagerie WhatsApp, propriété de Facebook depuis 2014, a connu des pics d’utilisations inédits. Le nombre d’appels audio et vidéos a ainsi doublé par rapport à la normale dans les pays touchés par les mesures de confinement, dont l’Italie et la France. Le volume d’échange sur la messagerie, qu’il soit en audio, vidéo ou par écrit, ont atteint un niveau largement supérieur à ce qu’ils sont durant le réveillon du 31 décembre.

Face à cette augmentation brutale des connexions, un risque de surcharge des serveurs pourrait impacter les réseaux du groupe. Mark Zuckerberg a indiqué avoir pris toute la mesure du risque, ayant mis à pied d’œuvre des ingénieurs pour renforcer les infrastructures de Facebook, Messenger, WhatsApp et Instagram. Il tient à éviter un «effondrement» de ses structures de communications, dans le cas où les situations de confinement se généraliseraient et dureraient dans le temps. Le groupe a déjà pu constater l’effet du confinement italien depuis le 10 mars, et se prépare désormais à ce que des mesures similaires soient prises dans de plus en plus de pays.

Un nouvel espace pour lutter contre la désinformation

En parallèle, Mark Zuckerberg a également annoncé la création d’un nouveau portail d’informations sur Facebook, afin de lutter contre les fake news sur le coronavirus. Ce centre d’information dédié au Covid-19 sera déployé dans les prochaines 24 heures dans six pays fortement touchés par la pandémie: les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie et la France.

Ce nouvel espace d’informations, placé en tête du flux d’actualités de millions d’utilisateurs, proposera un ensemble de conseils et d’informations vérifiées sur le coronavirus. Des articles, vidéos, statistiques, graphiques animés, ou recommandations officielles de l’Organisation Mondiale de la Santé y seront présentés ainsi que des initiatives plus insolites, comme les appels de célébrités à rester confiner pour éviter la propagation du virus dans l’espace public. «Notre priorité, et principal objectif, est de s’assurer que toute personne peut avoir accès à de vraies informations et à des sources fiables durant la pandémie», a déclaré le PDG de Facebook.

Cette annonce intervient alors que plus tôt cette semaine, la société californienne avait admis avoir eu un bug informatique majeur qui marquait comme spam de nombreux articles de presse dont ceux traitant du Covid-19. Depuis l’apparition de ce nouveau coronavirus, les fausses informations et arnaques à ce sujet se multiplient, en particulier sur les plateformes phares du géant de la Tech comme Facebook, WhatsApp et Instagram.

Mark Zuckerberg a déclaré vouloir pleinement s’investir avec les autorités pour lutter contre la désinformation sur le coronavirus. «Nous voyons des canulars qui encouragent les gens malades à ne pas recevoir de traitement, ou à ne pas protéger les gens qui les entourent […] nous avons vu un canular qui encourage les gens malades à boire de l’eau de Javel», déclare-t-il. «C’est terrible, cela va provoquer un préjudice considérable».

lefigaro

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut