Accueil / Non classé / Côte d’Ivoire : à quoi sert l’augmentation du smig ?

Côte d’Ivoire : à quoi sert l’augmentation du smig ?

Côte d’Ivoire : à quoi sert l’augmentation du smig ?

Réguler le secteur de l'emploi informel, un défi pour la Côte d'Ivoire.

La récente augmentation du smig décidée par le gouvernement aura-t-elle un impact sur le pouvoir d’achat des Ivoiriens ?

Le 20 novembre dernier, le gouvernement ivoirien a annoncé la revalorisation du smig (salaire minimum interprofessionnel garanti), qui est passé de 36 607 francs CFA à 60 000 F CFA. Mais même avec ce coup de pouce, il reste difficile de vivre décemment à Abidjan, où il n’y a souvent qu’un seul revenu par ménage… Lequel sert aussi aux dépenses de la famille “élargie”.

“Ce montant ne peut pas soulager les Ivoiriens. Un travailleur nourrit au moins dix personnes ! Il faudrait un minimum de 100 000 francs CFA, et là ce serait possible”, réagit Marius Comoé, président de la Fédération des associations de consommateurs actifs de Côte d’Ivoire. Autre problème : seuls les travailleurs des secteurs privé et publique, dont l’emploi est réglementé, peuvent prétendre toucher le smig. Or ceux-ci ne représentent que 18,1% de la population en âge de travailler.

Selon l’économiste et enseignant-chercheur José N’Guessan, si l’augmentation du Smig est un “bon signal”, elle n’aura que peu d’impact dans les faits. “Jusqu’ici, les gens trouvaient que le taux de croissance de la Côte d’Ivoire (9,8% selon le FMI, en 2012, NDLR) n’avait pas d’incidence sur eux. Là, ça montre que l’État se préoccupe de l’amélioration du niveau de vie des travailleurs. Mais la hausse du Smig ne suffira pas pour augmenter le pouvoir d’achat, et donc la croissance, car plus de 90% de la population occupée travaille dans le secteur informel (91,2% selon l’enquête-emploi de 2012, menée par le gouvernement, NDLR)”.

Réguler le secteur informel

En Côte d’Ivoire, près d’une personne sur deux vit en-dessous du seuil de pauvreté, selon le Pnud.

Et les revenus du secteur informel sont en général très modestes, dans une Côte d’Ivoire où près d’une personne sur deux vit en-dessous du seuil de pauvreté, selon le rapport 2013 du Programme des nations unies pour le développement (Pnud). Fidèle vend par exemple du crédit téléphonique, installé sur une route défoncée, devant quelques immeubles cossus d’Abidjan. Il vend aussi des mouchoirs, des gâteaux, et travaille six jours sur sept. Il ne gagne qu’environ 40 000 francs CFA par mois, dont 35 000 partent dans son loyer et les factures d’eau et d’électricité. Chantal, Abidjanaise elle aussi, est caissière dans le magasin d’alimentation d’une station-service. Pour un mois de travail, son contrat indique 58 000 francs CFA. 40 000 francs CFA sont utilisés pour la location de son studio dans un quartier populaire de la capitale économique. Sa famille lui verse un peu d’argent de temps en temps, pour son fils.

Le gouvernement ivoirien veut donc s’employer à réguler le secteur informel, qui est souvent la seule solution pour les chômeurs d’avoir des revenus. “Cela concerne des métiers dans le domaine agricole, en zone rurale, (45,7% de la population vit de l’agriculture, selon l’enquête-emploi de 2012 menée par le gouvernement, NDLR) et les métiers de vendeurs ambulants, d’artisans. Nous en sommes au début du processus et le travail est fait pour que ces métiers soient réglementés, formalisés et pour s’assurer qu’ils touchent bien ce salaire minimum”, indique Bruno Koné, le porte-parole du gouvernement.

La délation, une solution ?

Mais faire respecter l’application du smig risque d’être compliqué, selon l’économiste José N’Guessan, qui souligne que “l’administration n’est pas outillée pour procéder régulièrement à des contrôles et vérifier le travail au noir dans les entreprises”. Pour pallier ce problème, le gouvernement compte inciter les demandeurs d’emplois à “refuser les offres non conformes et à signaler les employeurs indélicats”.

Un gros défi à relever alors que 9,7% de la population était au chômage en 2012, selon le gouvernement. D’autant que des observateurs non-gouvernementaux estiment que ce taux est en fait beaucoup plus élevé. En 2008, le taux de chômage officiel était déjà de 15,8%, puis le pays a connu une violente crise politico-militaire qui a accentué les difficultés économique.

Aller en haut