Accueil / Mines & Energies / Côte d’Ivoire : après les stations-services, le gouvernement ivoirien va privatiser le réseau de distribution de GPL de Petroci

Côte d’Ivoire : après les stations-services, le gouvernement ivoirien va privatiser le réseau de distribution de GPL de Petroci

Côte d’Ivoire : après les stations-services, le gouvernement ivoirien va privatiser le réseau de distribution de GPL de Petroci

Le gouvernement ivoirien a décidé, en conseil des ministres du 24 mai 2017, de procéder à la privatisation de actifs et activités du réseau de distribution de gaz butane (GPL) de la Société nationale d’opérations pétrolières de Côte d’Ivoire (Petroci – Holding).

Pour le gouvernement ivoirien, cette décision s’impose dans la mesure où, « face à la concurrence et à la limitation de ses ressources financières, la Petroci n’a pu soutenir le fonctionnement et le développement de son activité de distribution de GPL ».

Cette situation a eu pour conséquence, « une détérioration des performances de cette activité qui s’est traduite par des pertes régulières de parts de marché de la société, passées de 33% en 2012 à 22% en 2016 » font remarquer les autorités ivoiriennes.

Ainsi, selon le plan de privatisation arrêté, la Petroci gardera sa mission d’importation de GPL pendant que les investisseurs privés sélectionnés reprendront les activités d’emplissage et de distribution de GPL.

« Cette opération permettra de recentrer les efforts de la société et de concentrer ses ressources sur ses activités principales, à savoir le développement des potentiels pétrolier et gazier ivoiriens, l’importation et le stockage des hydrocarbures » estiment les autorités ivoiriennes.

A noter que, déjà en février 2016, le gouvernement ivoirien avait procédé à la cession tout le réseau de stations-service de la Petroci à la compagnie Puma Energy. Composé d’environ 40 stations dont une trentaine étaient alors en activité, la cession de ce réseau de distribution de produits pétroliers avait conclu de gré à gré.

Le gouvernement ivoirien s’était justifié, à cette époque, en mettant en avant la situation d’urgence dans laquelle se trouvait la Petroci.

agence ecofin

Aller en haut