Accueil / Agro / Côte d’Ivoire : bientôt la fin du calvaire pour la filière hévéa ?

Côte d’Ivoire : bientôt la fin du calvaire pour la filière hévéa ?

Côte d’Ivoire : bientôt la fin du calvaire pour la filière hévéa ?

La hausse des cours du caoutchouc naturel dépasse très largement les prévisions. Pour l’entreprise ivoirienne, cela pourrait être enfin l’occasion de renouer avec les bénéfices.

On tablait pour 2017 sur une reprise timide du cours du caoutchouc, attendu autour de 1,57 dollar (1,48 euro) le kilogramme contre une moyenne de 1,50 dollar en 2016. Mais, en ce début d’année, le caoutchouc naturel, tiré de la sève de l’hévéa, s’est envolé jusqu’à un pic de 2,70 dollars en février. Ce rebond, d’autant plus spectaculaire qu’il était inattendu, est analysé par Commerzbank dans une note publiée début mars : « L’offre et la demande ont connu des tendances à l’opposé de ce qui était attendu il y a un an, avec une demande incroyablement dynamique couplée à une offre faible. »

Les récoltes de 2016 ont été moins satisfaisantes que prévu, en raison notamment de fortes pluies qui ont frappé la Thaïlande, premier producteur mondial. Du côté de la demande, l’industrie automobile chinoise a été stimulée par des réductions de taxes, et ses ventes devraient continuer de croître de 5 % en 2017, ce qui est de bon augure pour la consommation nationale de caoutchouc naturel.

Lente augmentation des prix

Si on est loin des niveaux mirobolants enregistrés entre 2009 et 2011 (plus de 6 dollars le kilogramme), cette reprise devrait être durable, selon les analystes de la banque allemande, qui envisagent que l’année 2017 confirme le retour à une situation de déficit mondial. Une bonne nouvelle pour les producteurs africains comme la Côte d’Ivoire (60 % de la production d’hévéa sur le continent, soit 350 000 tonnes environ), et notamment pour son leader historique SAPH (Société africaine de plantations d’hévéas).

>>Lire L’article complet sur jeuneafrique.com

Aller en haut