Accueil / Développement / Côte d’Ivoire : la spéculation tire les prix bord-champ de l’anacarde vers le haut

Côte d’Ivoire : la spéculation tire les prix bord-champ de l’anacarde vers le haut

Côte d’Ivoire : la spéculation tire les prix bord-champ de l’anacarde vers le haut

En Côte d’Ivoire, les acheteurs d’anacarde dénoncent la spéculation que connaît le prix d’achat de la noix dans les zones de production. Décrivant la situation que ses collègues et lui rencontrent, Abdoulaye Sanogo qui est le Secrétaire national du Comité ad’hoc de la Fédération nationale des acheteurs et coopératives agréés de cajou de Côte d’Ivoire (Fenacac-CI), déclare: «Depuis pratiquement dix jours, l’Etat a fixé le prix officiel bord-champ de la noix de cajou à 350 FCFA/kg, magasin intérieur à 375 F CFA et le prix port à 432 FCFA. Pourtant nous constatons qu’au niveau de la brousse nous avons des prix inimaginables qui sont au minimum de 400, 500 FCFA et souvent même plus dans des zones.»

Selon le responsable, cette situation est liée à la concurrence déloyale que se livrent les acheteurs eux-mêmes et qui permet aux producteurs de fixer leurs propres prix, indépendamment des standards édictés par les autorités. Il a poursuivi en indiquant que cette situation pouvait se révéler, à terme, préjudiciable pour l’activité puisque, dit-il à l’APA, «si dans le business il n’y a que les planteurs qui soient gagnants et que les autres acteurs de la filière ne gagnent rien, il va sans dire que les autres maillons vont s’arrêter».

L’année dernière, la Côte d’Ivoire s’est hissée en tête des producteurs de noix de cajou de la planète avec une production de 702 000 tonnes. Cette performance a aiguisé des appétits pour cette filière dont la production est désormais en proie à l’assaut des spéculateurs.

Aaron Akinocho
agenceecofin.com

Aller en haut