Accueil / Finances / Côte d’Ivoire : Paris va reprendre les prêts souverains en faveur d’Abidjan

Côte d’Ivoire : Paris va reprendre les prêts souverains en faveur d’Abidjan

Côte d’Ivoire : Paris va reprendre les prêts souverains en faveur d’Abidjan

L’Agence française de développement aidera notamment à financer l’électrification rurale. L’aide financière française passait jusqu’ici principalement par les C2D, les contrats de désendettement et de développement, qui se poursuivront jusqu’en 2020.

Après plusieurs années de gel des prêts entre la Côte d’Ivoire et la France, le gouvernement français va recommencer à émettre des prêts souverains au profit d’Abidjan. Premier concerné par cette reprise : le secteur de l’énergie. Côte d’Ivoire Énergie, l’entreprise publique dédiée à la gestion et à la régulation de ce secteur devrait bénéficier d’une enveloppe comprise entre 100 et 150 millions d’euros de financement, en provenance de l’Agence française de développement (AFD).

Les fonds serviront à financer le programme d’électrification rurale et le renforcement du parc énergétique. « Les prêts souverains ne pouvaient pas reprendre parce que le FMI jugeait que la situation de la Côte d’Ivoire était encore faible », déclare Georges Serre, l’ambassadeur de France en Côte d’Ivoire qui co-animait une conférence de presse à Abidjan avec Théophile Ahoua N’Doli, directeur de cabinet de la primature.

Désendettement et développement

Le conseil d’administration de l’AFD qui se tient ce mois-ci à Paris se penchera sur l’approbation de ce prêt souverain. En attendant, la France continue sa collaboration financière avec la Côte d’Ivoire sur le contrat de désendettement et de développement (C2D) pour un montant de 1900 milliards de francs CFA (2,8 milliards d’euros).

« Le principe du C2D est tout simple : la Côte d’Ivoire continue d’honorer le remboursement de sa dette vis à vis de la France, explique Théophile Ahoua N’Doli. Une fois le remboursement constaté, la France reverse sous forme de subvention pour financer les projets multi-sectoriels ».

Selon lui, le C2D d’un montant de 738 milliards de francs CFA en est à sa deuxième phase pour la période 2014-2020, après un premier C2D de 413,25 milliards de francs CFA pour la période 2012-2015.

jeuneafrique

Aller en haut