Accueil / Mines & Energies / Côte d’Ivoire : Petroci au bord de la faillite ? Des licenciements abusifs secouent la boîte

Côte d’Ivoire : Petroci au bord de la faillite ? Des licenciements abusifs secouent la boîte

Côte d’Ivoire : Petroci au bord de la faillite ? Des licenciements abusifs secouent la boîte

Petroci vit des heures sombres et chaudes en ce moment. D’abord, un changement des membres de la direction générale , ensuite l’arrivée d’une nouvelle équipe managériale et enfin des licenciements en cascade ont fini de plonger l’un des fleurons de l’économie ivoirienne dans le rouge. Ibrahima Diaby, le nouveau patron, n’épargne presque personne, nous dit La Lettre du Continent.

Petroci vers l’implosion ?

Petroci (Société nationale d’opérations pétrolières de Côte d’Ivoire) traverse une crise sans précédent qui prend des proportions sérieuses au fil du temps. C’est une crise à la fois économique aux dires des nouveaux dirigeants mais plutôt sociale à en croire les agents. Que se passe-t-il réellement au sein de la grosse firme pétrolière et gazière ivoirienne ?

Début janvier 2016, Daniel Gnangni (PDCI) est évincé de son poste de Directeur général de Petroci et remplacé par le sieur Ibrahima Diaby (RDR). Raison officielle évoquée : M. Gnangni est appelé à faire valoir ses droits à la retraite. Mais officieusement et selon nos investigations, l’homme a été remercié pour insuffisance de résultats mais aussi et surtout à cause d’un conflit latent entre le Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) et le Rassemblement Des Républicains (RDR). Une nouvelle ère s’ouvre donc pour l’entreprise. Mais les agents vont très vite déchantés, eux qui avaient placé beaucoup d’espoir à la suite de ce remaniement.

Ibrahima Diaby, anciennement DG des hydrocarbures et membre du premier cercle du ministre du Pétrole et de l’Energie, Adama Toungara, ne mettra pas du temps pour afficher ses intentions. Au grand dam des travailleurs, on assiste à une grande vague de licenciements. Ce tsunami orchestré par le tandem Ibrahima Diaby – Brakissa Bamba (DGA très chèrement payée) balaye presque tout sur son passage : des hauts cadres bien perchés au sommet de la hiérarchie aux « tâcherons ». Qui l’eût cru ? Personne, serait-on tenté de dire quand on sait le poids de la contribution de Petroci dans le budget de l’Etat de Côte d’Ivoire.

A ce jour, plus d’une quarantaine d’éléments de Petroci ont été licenciés sans autre forme de procès pour motif économique. Louis Yoro (responsable du service juridique), Alfred Bograh (coordinateur de la stratégie), Franck Yao (coordinateur chargé de l’audit interne), et Hilaire N’Gbocho (responsable du département communication), pour ne citer que ceux-là, ont tous été invités à plier bagages. Pendant ce temps, Alassane Ouattara et tout le gouvernement ne semblent pas flairer l’odeur nauséabonde de la fronde sociale de plus en plus imminente.

Richard Le Guerinec
afrique-sur7.fr

Aller en haut