Accueil / Auto & Transports / Côte d’Ivoire : plus de la moitié des véhicules en circulation…

Côte d’Ivoire : plus de la moitié des véhicules en circulation…

Côte d’Ivoire : plus de la moitié des véhicules en circulation…

Côte d’Ivoire : plus de la moitié des véhicules en circulation non soumis au contrôle technique

Plus de la moitié des véhicules en circulation sur un parc automobile estimé à un million de véhicules en Côte d’Ivoire n’est pas soumis à la visite technique et constitue un véritable danger pour les usagers, a-t-on appris auprès de la Société ivoirienne de contrôle technique automobile et industrielle (Sicta).

“En Côte d’Ivoire, sur un million de véhicules en circulation, seulement 340 000 se soumettent à la visite technique et donc conformes au contrôle technique automobile tel que prévu par la règle en vigueur” dans le pays, a révélé mercredi le directeur général de la Sicta, Emile Ya Kouassi.

A l’en croire, au titre de l’année 2014, au total 340 870 véhicules ont passé avec succès la visite technique et 142 000 autres ont été contraints à une revisite.

“Soit 482 870 véhicules ont été contrôlés aptes à circuler au titre de l’année 2014″, précise M. Ya Kouassi.

Pour M. Ya Kouassi ce “faible taux” de véhicules soumis à la visite technique constitue “un danger pour les populations en particulier et le pays en général”.

Il dénonce “l’anarchie” qui règne dans le milieu avec des véhicules aux “immatriculations fantaisistes” et “sans visite technique” et ne manque pas d’interpeller les propriétaires de véhicules et surtout les autorités.

“Nous sommes inoffensifs face au peu d’engouement des usagers pour la visite technique”, a-t-il dit résigné, soulignant que ses agents ne sont “pas assermentés pour retirer un véhicule de la circulation” et que sa structure se contente de faire de la “sensibilisation”.

La Côte d’Ivoire enregistre en moyenne 6 000 accidents qui occasionnent près de 600 tués et 14 000 blessés avec des pertes économiques qui se chiffrent à six milliards FCFA () par an, selon l’Office ivoirien de la sécurité routière (Oser).

Les chiffres officiels indiquent que 94% des accidents sont dus à des facteurs humains liés aux comportements des conducteurs et 6% sont imputables aux autres facteurs dont le mauvais état des véhicules et du réseau routier.

Le gouvernement a entrepris des réformes dans le secteur du transport avec, notamment, l’automatisation de la visite technique et l’interdiction du téléphone portable au volant.

Xinhua/china.org.cn

Aller en haut