Accueil / Tic & Telecoms / Côte d’Ivoire : un portail en ligne dédié aux investisseurs

Côte d’Ivoire : un portail en ligne dédié aux investisseurs

Côte d’Ivoire : un portail en ligne dédié aux investisseurs

La Côte d’Ivoire vient de se doter d’une plateforme en ligne qui est désormais le portail unique des services à l’investisseur : le www.225invest.ci. Ce site internet qui a vocation à servir d’interface entre les investisseurs, étrangers ou locaux, et l’administration publique, vient marquer le point de départ de la dématérialisation de l’ensemble des actes et services publics en direction du secteur privé, un pas extrêmement important dans le cadre de l’amélioration du climat des affaires.

Ainsi, les formalités d’entreprise (création, modification, etc.), l’obtention des licences et permis d’affaires, les formalités relatives au foncier, l’enregistrement des actes de justice, les démarches de raccordement à l’électricité, les ventes aux enchères etc., pourront désormais directement se faire ligne sans qu’il soit nécessaire de multiplier les déplacements d’une administration à une autre.

Mieux encore, les déclarations et paiement d’impôts, les cotisations sociales s’effectueront également à partir de la plateforme. En outre le site est en lien avec d’autres portails comme ceux du CEPICI, du Guichet unique du commerce extérieur, de la Poste ainsi celui de E-Visa, le site de demande en ligne du Visa.

le www.225invest.ci est désormais le portail unique offrant aux opérateurs économiques toutes les informations relatives à l’environnement des affaires et à l’investissement et un ensemble de services dématérialisés allant des formalités administratives au paiement des impôts.

Le portail qui a à la fois « une vocation informationnelle et transactionnelle regroupe en un point toutes les informations relatives à l’environnement des affaires et à l’investissement et offre un ensemble de services dématérialisés aux entreprises » résume Emmanuel Essis Esmel, le secrétaire d’État ivoirien chargé de la promotion de l’investissement privé.

L’enjeu de la réforme est la dématérialisation des démarches administratives des opérateurs économiques et donc la réduction du nombre et des délais des procédures, mais aussi d’assurer la transparence dans l’ensemble des processus d’acquisition des actes administratifs.

Au niveau des transactions, toutes les conditions de sécurité sont réunies, assure Emmanuel Essis. « Le gouvernement a mis les moyens pour que nous ayons une infrastructure optimale dernier cri avec les toutes dernières technologies au niveau mondial en matière de sécurité », relève-t-il.

Identifiant unique

Cette réforme majeur s’appuie sur la mise en place de l’ «Identifiant unique», une immatriculation unique qui remplace tous les autres numéros générés à la création d’entreprise (numéros de Registre de commerce, de Compte contribuable, de cotisation sociale ainsi que le code importateur/exportateur).

Cette avancée va à la fois aider à la célérité les procédures administratives et des opérations en ligne des investisseurs, mais est également un gage de fiabilité et de transparence de l’entreprise à l’endroit de ses partenaires.

Ce code est octroyé dès la création de l’entreprise sur le portail, un processus qui est réalisé en moins de 24 heures. Et pour les entreprises en activité, elles ont jusqu’en octobre 2019 pour régulariser leur situation.

Doing Business

En ligne de mire de ce programme, le Doing Business pour lequel la Côte d’Ivoire entend toujours figurer dans le top 50 mondial d’ici 2020. De 177ème en 2013, le pays est passé au 139ème rang lors du dernier classement en 2017. « La plateforme est le résultat d’un ensemble de réformes qui vont nous permettre de faire un pas de géant lors des  prochains classements », indique confiant l’ex patron du CEPICI, l’agence gouvernementale de promotion des investissements.

Le 225invest.ci est une étape importante dans la politique du gouvernement ivoirien visant à dématérialiser l’ensemble des procédures administratives. Un programme évalué à environ 20 milliards FCFA sur la période 2016-2020.

Jean-Mermoz Konandi

financialafrik

Aller en haut