mardi 09 mars 2021
Accueil / Finances / Covid-19 à la BCEAO: La Banque centrale baisse ses taux directeurs

Covid-19 à la BCEAO: La Banque centrale baisse ses taux directeurs

Covid-19 à la BCEAO: La Banque centrale baisse ses taux directeurs

• Hausse du déficit budgétaire

• Et renforcement des réserves de change

C’est un secret de polichinelle. La pandémie de la Covid-19 a eu un effet sur l’exécution des budgets dans les Etats membres de l’UEMOA. Les mesures de riposte engagées par les Etats ont entrainé des baisses des recettes et une hausse des dépenses. Résultat, le déficit budgétaire s’est creusé un peu plus dans l’Union.

Selon un communiqué du président du Comité de politique monétaire, Tiémoko Meyliet Koné, le déficit budgétaire au premier trimestre 2020 ressort à 922,1 milliards  FCFA, contre 222,5 milliards à la même période de l’année précédente.

10.350 milliards FCFA de réserves de change

Malgré ce déficit budgétaire qui s’est creusé, les réserves de change de l’Union se sont renforcées. Pour le Comité de politique monétaire, la situation de constitution des réserves obligatoires par les banques reste confortable.  Une affirmation soutenue par le fait que les réserves de change de l’Union se sont renforcées, pouvant assurer 6,3 mois d’importations de biens et services à fin mars 2020. Une belle performance quand on sait que selon le FMI, dans la pratique, un niveau réaliste de réserves de change doit pouvoir couvrir les besoins des importations de 3 mois.

Dans le rapport annuel de la BCEAO, publié en mai 2020, la Banque centrale affirme que le stock des réserves officielles de change de la BCEAO se situe à 10.357,0 milliards à fin décembre. 

L’on peut donc affirmer que la Covid-19 a permis à la BCEAO d’accroître sa trésorerie. Un résultat qui découle des mobilisations importantes de ressources extérieures par les Etats et de l’amélioration du profil du rapatriement des recettes d’exportation. En fin décembre 2019, les rapatriements des ressources extérieures par les Etats se sont établis à 4.765,0 milliards.

Les taux directeurs en baisse de 0,5%

« Notant que les plans de relance mis en place par les Etats et l’assouplissement progressif des restrictions de déplacement devraient conduire à un redémarrage de l’appareil productif, les membres du Comité de politique monétaire (CPM) ont décidé d’accompagner cette dynamique, en baissant de 50 points de base les taux directeurs de la Banque centrale ». 

Ces taux, ce sont le taux d’intérêt minimum de soumission aux opérations d’appels d’offres d’injection de liquidité et le taux d’intérêt du guichet de prêt marginal. Le premier était à 2,50%, taux arrêté lors de la prise des mesures par la BCEAO, enfin de soutenir les Etats et les entreprises pendant la Covid-19. Il passe donc de 2,50% à 2%. Quant au taux d’intérêt du guichet de prêt marginal, il est ramené de 4,50% à 4%. Une décision du Comité qui est en vigueur à compter du 24 juin 2020.o

Encadré

A quoi va servir la baisse des taux directeurs

Les taux directeurs des banques centrales constituent des outils utilisés pour influer sur l’octroie de crédits et moduler l’inflation. Le premier, le taux d’intérêt minimum de soumission aux opérations d’appels d’offres d’injection de liquidité, comme son nom l’indique, est utilisé lors des opérations hebdomadaires de refinancement par la BCEAO pour alimenter les banques en liquidités. Ces dernières doivent répercuter, en principe, ce loyer sur les intérêts des crédits qu’elles accordent à leurs propres clients. Ainsi, plus ce taux est bas, plus le coût du crédit a une probabilité d’être bas, ce qui, en théorie, favorise la croissance. Quand la BCEAO rehausse ces taux directeurs, cela permet, à l’inverse, de ralentir la demande en liquidités et par conséquent, d’éviter une inflation.

leconomistedufaso

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut