dimanche 20 septembre 2020
Accueil / Tic & Telecoms / Covid-19 : ANSAMB, l’application alternative de la Réunion contre le virus

Covid-19 : ANSAMB, l’application alternative de la Réunion contre le virus

Covid-19 : ANSAMB, l’application alternative de la Réunion contre le virus

La Réunion annonce la mise en place d’une application de protection contre le Covid-19 avec un accent sur la protection des données personnelles. Le « Contact Tracing » en cours dans certains pays a ressuscité le débat sur le respect de la vie privée des populations. ANSAMB, développée par trois groupes privés réunionnais, a enregistré la pleine adhésion de l’Etat.

(Cio Mag) – Déjà opérationnelle, l’application de protection réunionnaise ANSAMB pourrait être déployée très rapidement, avant le début du déconfinement de l’île le 11 mai. Elle sera gratuite et téléchargeable dans les stores. Présentée comme une alternative aux applications de protection, elle se différencie des autres applications qui « traquent » les potentiels malades du Covid-19 par le respect annoncé de la vie privée. La solution purement locale est développée par trois groupes locaux : Chane Pane, Excellence et Solynvest, tous des produits de la French Tech Réunion. Et pour accompagner cette intelligence collective, l’initiative est financée à 50% par l’Etat.

Ansamb utilisera la communication bluetooth entre les appareils iOS et Android. Elle permet l’envoi de notification d’exposition aux utilisateurs. L’appli analyse donc les croisements entre personnes. Seulement, « elle n’effectue pas de géolocalisation et ignore l’identité de son utilisateur, son numéro de téléphone, son e-mail et même son état de santé », rassure les initiateurs. Ainsi, l’appli respecte-elle le RGPD. Les données sont donc anonymisées et les notifications envoyées aux personnes exposées ne se déclenchent que par la personne testée positive, après avis d’un personnel de la santé mandaté.

« Lors d’un contact rapproché entre 2 utilisateurs d’Ansamb (A et B), une détection de proximité par Bluetooth couplée aux ultra-sons s’effectue entre les deux applications. Ensuite, si l’un des utilisateurs (utilisateur A) est testé positif au virus, il peut décider de transmettre la liste des « cryptoidentifiants » des applications qu’il a croisées », précise le collectif d’entrepreneurs « Mouvement Solidaire des Entrepreneurs Réunionnais » qui pilote le projet.

Si l’idée est de mettre à la disposition des réunionnais une solution locale respectant leur vie privée, Ansamb vise aussi des résultats sanitaires. L’application a donc vocation à aider à couper la chaîne de contamination sur l’île lors du déconfinement. Il s’agit aussi de contribuer à un redémarrage rapide de l’économie locale tout en permettant aux populations de protéger leurs proches. Le challenge reste donc à atteindre un taux de 70% d’utilisateurs, explique Alfred Chane Pane. Une condition pour que l’application bénéficie à la population réunionnaise, précise-t-il. Pascal Thiaw Kine, adhérent Leclerc à La Réunion, espère de son côté que « le haut niveau de confidentialité de l’applicartion et son approche locale contribuent à ses chances d’adoption par la population réunionnaise ».

Autre gage de confiance, l’équipe Ansamb est prête à « partager en toute transparence son code et ses travaux en Open Source », confie les porteurs du projet.

cio-mag

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut