mardi 20 octobre 2020
Accueil / Mines & Energies / Covid-19 : De Beers veut réduire le prix de ses diamants pour stimuler les ventes

Covid-19 : De Beers veut réduire le prix de ses diamants pour stimuler les ventes

Covid-19 : De Beers veut réduire le prix de ses diamants pour stimuler les ventes

Durement touché par la pandémie de Covid-19, le groupe De Beers veut procéder à une réduction de 10 % sur le prix des gros diamants à sa prochaine session de vente. Cette opération devrait stimuler l’intérêt de ses clients avec la reprise progressive du secteur. 

A l’occasion de sa nouvelle session de ventes, le groupe De Beers va procéder à une réduction de 10 % sur le prix des grosses pierres proposées à ses clients. Selon une information relayée par Bloomberg qui cite des sources proches de la compagnie, cette décision est destinée à stimuler l’intérêt des acheteurs.

La pandémie de Covid-19 a en effet durement frappé l’industrie des pierres précieuses en raison des restrictions imposées pour lutter contre la propagation du virus. Les clients habituels des compagnies minières n’ont pu se déplacer pour les sessions de vente et les consommateurs ont déserté les bijouteries. À titre d’exemple, De Beers et son grand rival, le russe Alrosa, ont vendu pour 130 millions $ de diamants au deuxième trimestre 2020, contre 2,1 milliards $ l’année dernière à la même époque.

Cependant, la reprise progressive de l’économie mondiale ainsi que des vols internationaux coïncide avec une demande un peu plus soutenue. De Beers entend donc tirer profit de cette situation pour améliorer ses résultats de vente, d’autant plus que certains concurrents pratiquent déjà, apprend-on, des réductions allant jusqu’à 25 %, taillant ainsi dans sa part de marché.

S’il faut attendre les prochains résultats de la compagnie pour voir l’effet de cette initiative, il faut souligner qu’elle n’est pas la première solution envisagée par la filiale d’Anglo American pour tenter de limiter les effets de la pandémie. Plus tôt cette année, la compagnie avait proposé à l’Etat botswanais une délocalisation des sessions de vente de Gaborone la capitale vers des centres plus proches de ses acheteurs comme Anvers en Belgique.

agenceecofin

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut