jeudi 26 novembre 2020
Accueil / Mines & Energies / Covid-19 : la production mondiale de nickel va diminuer de 7,4 % cette année (GlobalData)

Covid-19 : la production mondiale de nickel va diminuer de 7,4 % cette année (GlobalData)

Covid-19 : la production mondiale de nickel va diminuer de 7,4 % cette année (GlobalData)

Selon GlobalData, la production mondiale de nickel baissera en 2020 de 7,4 %. En cause, la décision de l’Indonésie d’interdire dès cette année les exportations de minerai brut, associée aux restrictions dues à la pandémie de Covid-19 aux Philippines notamment.

La production mondiale de nickel connaitra une baisse de 7,4 % cette année pour s’établir à 2,19 millions de tonnes. Selon un rapport du cabinet GlobalData paru cette semaine, cette baisse sera la conséquence de l’interdiction d’exportation de minerai brut décidée en début d’année par l’Indonésie, premier producteur mondial, même si la pandémie de Covid-19 a contribué à aggraver la situation.

« Les compagnies minières indonésiennes de nickel sans système intégré de fonte du minerai brut ont rencontré des difficultés pour vendre leur production aux fonderies nationales […]. Par conséquent, les mineurs nationaux ont soit arrêté, soit réduit leur production au cours des trois premiers trimestres et cela devrait se poursuivre jusqu’à la fin de l’année », explique Vinneth Bajaj, analyste senior chez GlobalData, qui s’attend donc à une baisse de 15 % de la production (680 000 tonnes).

Par ailleurs, les Philippines, qui ont l’ambition de ravir la première place mondiale à l’Indonésie, devraient enregistrer une production de 293 400 tonnes, ce qui correspond à une baisse de 9,3 % par rapport à l’année dernière. Plusieurs mines dans ce pays d’Asie du Sud-est ont en effet dû fermer ou fonctionner à capacité réduite à cause du coronavirus et des conditions météorologiques défavorables.

En Nouvelle-Calédonie et au Brésil en revanche, la production devrait connaitre au total un bond de 6,9 % du fait surtout de la mise en service de nouvelles mines. Enfin, la situation devrait être plus ou moins stable sur le continent africain, où la plupart des principaux producteurs n’ont pas imposé de restrictions.

agenceecofin

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut