samedi 24 octobre 2020
Accueil / Mines & Energies / Covid-19: le géant pétrolier saoudien Aramco accuse une perte de 73% au deuxième trimestre

Covid-19: le géant pétrolier saoudien Aramco accuse une perte de 73% au deuxième trimestre

Covid-19: le géant pétrolier saoudien Aramco accuse une perte de 73% au deuxième trimestre

Le géant du pétrole saoudien Saudi Aramco voit ses bénéfices plonger de 73,4% au deuxième trimestre par rapport à la même période l’an dernier selon les résultats dévoilés le dimanche 9 août par le groupe, en amont d’une réunion avec les investisseurs ce lundi. Il s’agit notamment de la conséquence d’un effondrement historique des prix au printemps dernier causée par la baisse de la demande mondiale liée à la crise sanitaire.

2020 représente une année difficile pour l’or noir, avec au printemps dernier, des prix poussés sous les zéro dollars par l’effondrement de la demande mondiale. Depuis, les producteurs se sont entendus pour réduire la production afin de restaurer les prix.

Mais nombreuses sont les compagnies pétrolières qui souffrent. Leader du secteur, Saudi Aramco accuse le coup elle aussi puisque ses bénéfices passent à 23 milliards de dollars au premier semestre, soit moitié moins que l’an dernier.
Il y a quelques jours, le groupe a perdu sa place de première société cotée au monde au profit de l’américain Apple. « Mais le pire est probablement derrière nous », estime le PDG, Amin Nasser, pour qui la demande en pétrole restera forte à l’avenir.

Transparence

Cette première conférence de presse depuis sa très remarquée introduction en bourse l’an dernier permet aussi à Aramco de rassurer en s’affichant comme un groupe transparent sur ses performances. Ce défaut de transparence lui a longtemps été reproché.

Aramco affiche aussi sa différence par rapport à d’autres majors comme BP et Royal Dutch Shell. Les dividendes versés aux actionnaires ne seront pas revus à la baisse. Dix-huit milliards de dollars devraient être versés pour le compte du deuxième trimestre. Mais comme les autres, les dépenses d’investissements seront, elles, revues à la baisse en 2020.

rfi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut