samedi 05 décembre 2020
Accueil / Mines & Energies / Covid-19 : le marché du nickel risque d’être déficitaire d’ici 2025

Covid-19 : le marché du nickel risque d’être déficitaire d’ici 2025

Covid-19 : le marché du nickel risque d’être déficitaire d’ici 2025

Le marché mondial du nickel actuellement excédentaire du fait de la pandémie de Covid-19, devrait connaitre un rebond de la demande à court terme, aboutissant à un déficit d’ici 2025. C’est du moins ce que prévoit le cabinet Macquarie Group, qui appelle à un investissement dans la production.

Le marché du nickel a enregistré un excédent estimé à 90 000 t pour les sept premiers mois de l’année, avec une hausse prévue jusqu’à 135 000 tonnes pour l’année globale. Si la pandémie de Covid-19 est responsable de cette situation avec notamment un ralentissement de l’activité économique, cela ne devrait pas durer à en croire les estimations de l’agence Macquarie Group qui, relayée par Mining Weekly, prévoit un déficit de l’offre d’ici 2025.

En effet, selon Jim Lennon, un analyste du cabinet, la reprise économique constatée depuis peu devrait avoir un effet positif sur la demande qui risque d’exploser après 2025. L’expert conseille donc un investissement important et immédiat dans la production pour répondre efficacement à ce déficit attendu.

« La pandémie a manifestement eu un impact négatif sur les fondamentaux de l’offre et de la demande de nickel, le marché passant d’un déficit à un excédent, et ces conditions pourraient durer quelques années […]. Le marché devrait retrouver son équilibre d’ici 2024, et passera à un déficit d’ici 2025 », a expliqué M. Lennon.

Si ces prévisions peuvent inciter les compagnies et pays producteurs à accélérer leurs plans de croissance, il convient d’agir avec prudence. L’économie mondiale présente certes des signes de reprise, mais la pandémie à l’origine de la récession n’a pas encore été définitivement vaincue. Quoiqu’il en soit, une hausse prochaine de la demande devrait faire les affaires de pays africains comme l’Afrique du Sud, Madagascar ou le Zimbabwe, qui tirent une partie de leurs revenus d’exportation de ce secteur.

agenceecofin

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut