mardi 24 novembre 2020
Accueil / Développement / Croissance économique en 2019: L’Uemoa au sommet de la hiérarchie mondiale

Croissance économique en 2019: L’Uemoa au sommet de la hiérarchie mondiale

Croissance économique en 2019: L’Uemoa au sommet de la hiérarchie mondiale

L’Agence nationale de la statistique et de la démographie publie sa « Note d’analyse du commerce » pour l’année 2019. Dans ledit document, la structure est revenue sur les performances en termes de croissance économique, indiquant que les pays de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) avec 6,63%, ont été plus dynamiques, suivis de l’Afrique subsaharienne avec 3,22%. La croissance mondiale est ressortie à 3,01% en 2019.

En 2019, le taux de croissance dans les pays de l’UEMOA s’est établi à 6,63% comme en 2018. Ceci ressort de la « Note d’analyse du commerce extérieur de 2019 » dans laquelle l’agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd) indique cette bonne performance a été maintenue sous l’impulsion de l’ensemble des secteurs d’activité. Elle confie tout de même que si le secteur primaire a pu profiter de l’amélioration de la productivité et de la compétitivité, le secteur secondaire a, quant à lui, impulsé sous l’effet de la poursuite des projets d’infrastructures.

Selon l’agence, l’Afrique subsaharienne suit la zone Uemoa en termes de croissance économique en 2019. En effet, elle renseigne que la croissance en Afrique subsaharienne est ressortie à 3,22% en 2019 contre 3,0% en 2018. Cependant, poursuit-elle, cette augmentation est plus lente que celle prévue du fait de la conjoncture extérieure difficile mais aussi des perturbations dans la production de pétrole des pays exportateurs et une croissance inférieure aux attentes en Afrique du Sud. « Il est aussi à noter que la croissance varie considérablement d’un pays à l’autre dans la région, au cours de la période sous revue », précise la note.

Dans le même ordre d’idées, l’Ansd relève que la croissance mondiale connait son deuxième année de ralentissement en 2019 et s’établit à 3,01%. A en croire l’agence dirigée par Babacar Ndir, ce niveau s’éloigne des 3,8% atteint en 2017, année où l’économie connaissait un redressement synchronisé.

« L’atonie de la croissance en 2019 est la conséquence de l’augmentation des obstacles commerciaux (notamment les tensions entre la Chine et les Etats-Unis), une faible productivité et un vieillissement de la population dans les pays avancés et, entre autres, des tensions géopolitiques dans plusieurs pays émergents », dit la note d’analyse de l’Ansd. Qui martèle ainsi que le volume des échanges commerciaux au premier semestre de 2019 est ressorti à 1,0 %, soit le plus faible niveau enregistré depuis 2012.

leral

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut