Accueil / Tic & Telecoms / Cuisine connectée : C’est (presque) prêt, à table!

Cuisine connectée : C’est (presque) prêt, à table!

Cuisine connectée : C’est (presque) prêt, à table!
Surveiller la cuisson de son rôti à distance est possible chez AEG.

C’est un vieux fantasme. A force d’entendre les fabricants leur promettre que leur réfrigérateur allait dresser tout seul la liste des courses, les consommateurs y ont cru. Mais n’ont encore rien vu venir. Prototypes et rêves d’ingénieurs emplissent depuis des années les allées des salons spécialisés. En septembre dernier encore, Panasonic présentait à l’IFA de Berlin son concept baptisé Smart Home.

Chez Panasonic, la cuisine connectée passe par la suggestion de recettes sur la surface de travail.

Chez Panasonic, la cuisine connectée passe par la suggestion de recettes sur la surface de travail.

Entre autres idées, une plaque de cuisson intelligente capable de nous proposer des préparations adaptées au poids des aliments que l’on pose dessus ou encore de réaliser des sauces toutes seules : grâce à l’induction, le saucier fonctionne sans huile de coude et la cuillère qui y est déposée tourne mécaniquement. Magique, n’est-il pas ? Crédences se transformant en surfaces d’affichage ou hottes aspirantes projetant sur le plan de travail les touches de commandes virtuelles des appareils électroménagers de la cuisine (chez Grundig). Réfrigérateurs surdoués, comme le futur Family Hub avec un écran Full HD de 21,5’et des photos de son contenu adressées sur smartphone à chaque ouverture de porte (chez Samsung). Ou encore four vapeur avec caméra embarquée pour suivre depuis sa tablette la cuisson de son rôti (chez AEG) : c’est pourtant dès 2016 que les constructeurs nous promettent de découvrir leurs petites merveilles en magasin.

Une évolution inéluctable

« La question est de savoir jusqu’où nous allons être capables d’aller et à quelle vitesse s’effectuera le changement », s’interroge Xavier Boidevezi, Directeur business développement et digital du groupe SEB lorsqu’on le questionne sur les cuisines connectées. Précurseur en la matière avec son multicuiseur Cookeo Connect lancé en 2014 (chez Moulinex), le groupe SEB demeure aussi enthousiaste que perplexe : « Dans certains cas on risque de promettre tout et n’importe quoi », s’inquiète Xavier Boidevezi. Reste, selon Blandine Got, directrice marketing de Siemens Electroménager, que la cuisine connectée « est une évolution inéluctable ». La marque vient de développer une application baptisée Home Connect grâce à laquelle on peut prendre la main sur ses appareils électroménagers.

Chez Siemens, une application permet de recueillir des informations depuis son réfrigérateur.

Chez Siemens, une application permet de recueillir des informations depuis son réfrigérateur.

Recevoir une alerte si la porte de son réfrigérateur est restée ouverte ; lancer le préchauffage de son four à distance si l’on rentre tard du travail ; être notifié si le lave-vaisselle manque de liquide de rinçage… jusqu’à la possibilité pour un technicien de se connecter à distance pour résoudre un problème : Siemens privilégie « un côté pratique et simple d’utilisation », précise Blandine Got. Selon elle, « il faut éviter tout côté gadget ». D’autant que la demande véritable du public pour ces fameuses cuisines 2.0 reste encore assez floue.

Pierre Gagnaire aux fourneaux

Selon Xavier Boidevezi, chez SEB, « La connectivité doit amplifier un bénéfice existant. Le consommateur n’a pas besoin qu’on lui mette à disposition 100.000 recettes, mais de savoir ce qu’il va manger ce soir ». Quitte à se faire épauler par un pro. C’est le parti-pris par la marque De Dietrich qui a noué un partenariat avec Pierre Gagnaire. A travers une application capable de discuter avec son nouveau four connecté, De Dietrich propose des pas à pas aux côtés du chef étoilé.

Chez De Dietrich, on peut inviter le chef étoilé Pierre Gagnaire en cuisine à travers une application.

Chez De Dietrich, on peut inviter le chef étoilé Pierre Gagnaire en cuisine à travers une application.

A chaque étape dans la réalisation d’une recette, une nouvelle commande est adressée au four, qui contrôle le poids des aliments que l’on y a déposés et adapte sa puissance de chauffe. Comme pour réaliser un gâteau au chocolat moelleux : d’abord très chaud, puis à moindre température. « C’est un peu comme si Pierre Gagnaire prenait la main sur le four », s’enthousiasme Mauricio Del Puerto, responsable communication groupe Brandt (qui intègre les marques Brandt, Sauter, DeDietrich). A 1.499 euros l’appareil, on peut même gérer la liste de ses invités avec leurs préférences culinaires et profiter de playlists musicales dédiées à son repas !

Connectés dès la sortie de caisse

On l’a compris, la cuisine connectée se cherche encore un peu. A l’image des apprentis Top Chef élaborant un nouveau plat, les fabricants ont entamé leur exploration des possibles en assaisonnant leurs équipement d’innovations. L’une de leurs futures préparations consistera à faire « parler » les appareils entre eux. Chez Siemens, « la prochaine étape est la communication entre la table de cuisson et la hotte », indique Blandine Got. Une formule déjà adoptée par AEG et Electrolux. “Lorsque l’on met en route la plaque de cuisson, la lumière de la hotte s’allume. Et la hotte adapte sa vitesse d’aspiration selon l’utilisation de la plaque mais aussi des odeurs”, précise Virgiie Bahfir, chef de groupe cuisine chez Electrolux. Déjà dans la boucle, le dépannage connecté va lui aussi faire son chemin, comme chez Siemens, mais aussi Liehberr dont les nouveaux réfrigérateurs pourront être contrôlés à distance par un technicien. Autre piste autour des objets communicants dans la cuisine : les économies d’énergie. « Rien n’empêche que l’on trouve une solution pour que la chaleur dégagée par le condensateur du réfrigérateur soit récupérée pour être transformée en chauffage », prédit Alexandre Klutchko, chef produit chez Liebherr.

Quant à la liste des courses que le réfrigérateur pourrait gérer, elle n’est peut-être pas enterrée. Oubliant l’idée contraignante et longtemps évoquée qui consistait à scanner les produits que l’on y déposait puis à les supprimer, certains fabricants veulent explorer d’autres pistes. Comme faire communiquer son réfrigérateur avec le ticket de caisse de son hypermarché préféré ! On pourrait ainsi connaître en permanence l’état de ses stocks alimentaires et se laisser suggérer des recettes en conséquence. « Cela fait partie des scénarios qui pourraient être pertinents d’ici à 2 à 3 ans », indique Xavier Boidevezi, Directeur business développement et digital du groupe SEB.

Le Réveil Café de Tefal: une porte d'entrée économique dans l'univers de la cuisine connectée.

Le Réveil Café de Tefal: une porte d’entrée économique dans l’univers de la cuisine connectée.

D’ici là, on peut s’initier pour pas (trop) cher à l’électroménager connecté avec une balance, une bouilloire, une cafetière, un multicuiseur, ou une friteuse connectés. « Quand on échange avec des jeunes sur ces objets, estime Xavier Boidevezi, on sait que cela fonctionne déjà. »

Christophe Séfrin
20minutes.fr

Aller en haut