lundi 21 septembre 2020
Accueil / International / Cyberattaque contre Bouygues Construction, victime d’un rançongiciel

Cyberattaque contre Bouygues Construction, victime d’un rançongiciel

Cyberattaque contre Bouygues Construction, victime d’un rançongiciel
A photo taken on January 10, 2017 at the Saint-Nazaire harbour in Montoir-de-Bretagne, western France, shows the French industrial group Bouygues' construction logo at an offshore floating wind turbine construction site. The first French turbine will be commissioned before the end of 2017 off Croisic (Loire-Atlantique), the seventh demonstrator of this type in the world. / AFP PHOTO / LOIC VENANCE
La filiale construction de Bouygues est victime d’une cyberattaque, a annoncé le groupe de BTP ce vendredi 31 janvier. Tout son système informatique est paralysé. En cause, ce qu’on appelle un rançongiciel. Les pirates sont parvenus à s’introduire dans les serveurs du groupe et à y dérober des documents sensibles. Ils demandent une rançon pour ne pas les rendre publics.

Cyberattaque contre Bouygues Construction, victime d’un rançongiciel

Bouygues Construction a été la cible d'un rançongiciel.
Bouygues Construction a été la cible d’un rançongiciel. LOIC VENANCE / AFP

La filiale construction de Bouygues est victime d’une cyberattaque, a annoncé le groupe de BTP ce vendredi 31 janvier. Tout son système informatique est paralysé. En cause, ce qu’on appelle un rançongiciel. Les pirates sont parvenus à s’introduire dans les serveurs du groupe et à y dérober des documents sensibles. Ils demandent une rançon pour ne pas les rendre publics.

PUBLICITÉ

C’est la filiale construction du groupe qui a été visée par cette cyberattaque. Les pirates ont réussi à s’introduire dans des serveurs où se trouvaient des données confidentielles et sensibles. Ils sont parvenus à s’emparer de plusieurs documents.

Par mesure de précaution, le groupe a décidé de fermer ses systèmes d’informations pour éviter toute propagation. Ce samedi 1er février encore, des milliers d’employés n’ont ainsi pas accès aux logiciels internes à l’entreprise ou à leur boîte mails. Les pirates réclameraient 10 millions de dollars pour ne pas rendre publics les documents subtilisés.

Avant Bouygues, Altran et Fleury Michon

Bouygues Construction a en effet été la cible d’un rançongiciel, comme Altran et Fleury Michon avant lui. Il y a un an, c’était le groupe Eurofins qui avait déclaré avoir perdu 62 millions d’euros à la suite d’une telle attaque.

Dans le cas présent, on ne connaît pas encore l’identité des pirates. C’est l’objet de l’enquête qui a été ouverte par la section cybercriminalité du Parquet de Paris.

Bouygues Construction va également devoir remettre son système informatique d’aplomb. Le groupe est en effet considéré comme essentiel par l’État. Il ne sera pas seul pour le faire, puisqu’il recevra l’aide des experts de l’Agence nationale de sécurité informatique (ANSI).

rfi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut