Accueil / Finances / Cybercriminalité : 29 millions dérobés à la Banque centrale russe

Cybercriminalité : 29 millions dérobés à la Banque centrale russe

Cybercriminalité : 29 millions dérobés à la Banque centrale russe

Ce n’est pas le casse du siècle, mais l’affaire s’avère embarrassante pour Moscou. Des pirates informatiques ont dérobé pas moins de 29 millions d’euros (2 milliards de roubles) sur des comptes ouverts à la Banque centrale russe. Le montant aurait pu grimper à 5 milliards de roubles si la supercherie n’avait été levée à temps. Dans un rapport, la Banque centrale a révélé que les hackers étaient parvenus à s’introduire dans le système via l’utilisation de l’identifiant d’un de ses clients. Ils avaient ensuite transféré l’argent sur des comptes bancaires ouverts pour l’occasion. Mais ils n’ont pas eu le temps de s’emparer de la totalité de la somme, les équipes de la Banque centrale en ayant récupéré une partie.

D’autres cas

Ce n’est pas la première fois qu’une Banque centrale est victime d’un acte de piraterie. La Banque centrale du Bangladesh s’était ainsi retrouvée délestée, en mars dernier, de 81 millions de dollars , par le biais d’une usurpation d’identité auprès de la Fed de New York. L’argent avait été ensuite blanchi dans des casinos des Philippines. Une délégation du Bangladesh vient de rencontrer les autorités de Manille avec l’objectif de récupérer 15 millions de dollars, gelés sur des comptes par les Philippines. Le système de paiement interbancaire Swift a depuis mis en garde les institutions financières contre les cyber-braquages. En octobre, le G7 avait aussi adopté une série de principes pour défendre le système financier contre ce nouveau type d’attaque.

Ce piratage de la Banque de Russie intervient au moment où Moscou annonce avoir découvert un complot d’agences d’espionnage étrangères. Celles-ci auraient planifié une attaque contre son système bancaire. Selon l’agence de sécurité FSB, les pirates souhaitaient envoyer, via un serveur aux Pays-Bas hébergé par une société ukrainienne, des milliers de messages arguant d’un risque de faillites bancaires à répétition et de retrait de licences à de grandes banques régionales. Elvira Nabiullina, gouverneur de la Banque de Russie, a rappelé que les « nouvelles technologies financières étaient le plus grand défi qu’il soit pour le régulateur ».

Par ailleurs, l’Arabie saoudite aurait été victime vendredi d’un virus informatique. Le « malware » Shamoon se serait attaqué au système informatique de la banque centrale et visait aussi le ministère des Transports et la société gestionnaire des aéroports saoudiens. Selon Bloomberg, qui cite des sources proches du dossier, ce « malware » pourrait être lié à l’Iran, même si l’enquête n’en est qu’à ses balbutiements. Shamoon avait déjà été utilisé pour mettre hors service 35.000 ordinateurs de Saudi Aramco en 2012 . A l’époque, les Etats-Unis avaient accusé l’Iran d’être derrière cette attaque.

Pierrick Fay
lesechos

Aller en haut