jeudi 24 septembre 2020
Accueil / Développement / Dans son ouvrage « Nouveau Système Coopératif Africain » : Albert Lutete révèle les secrets du développement de l’économie africaine face à la dépendance coloniale

Dans son ouvrage « Nouveau Système Coopératif Africain » : Albert Lutete révèle les secrets du développement de l’économie africaine face à la dépendance coloniale

Dans son ouvrage « Nouveau Système Coopératif Africain » : Albert Lutete révèle les secrets du développement de l’économie africaine face à la dépendance coloniale
[I][B]Dans son ouvrage « Nouveau Système Coopératif Africain » paru récemment, Albert Lutete Mvuemba, Inspecteur Général des Finances, s’est lancé dans une réflexion sur les différentes stratégies pouvant sortir l’Afrique de sa crise économique. [/B][/I] [I][B]Ce, après ce qu’il a appelé ‘’échec de deux tentatives marquantes’’, à savoir : ‘’la colonisation et le dirigisme postcolonial’’. Subdivisée en six chapitres, cette œuvre dresse une étude systémique, dans le sens de relever les fondements de l’évolution économique des sociétés ainsi que leurs modèles de Gouvernement. Ce, dans le dessein d’établir un aperçu d’actions de développement des zones rurales en Afrique subsaharienne.[/B] [/I]

Dans les deux premiers chapitres, l’auteur commence par retracer l’histoire de l’économie des pays africains qui ont, selon lui, hérité des structures socio-économiques et politiques de l’époque coloniale, et expose les contraintes liées à l’économie de l’Afrique ainsi que ceux qui sont spécifiques au développement de l’agriculture et du monde rural. En effet, l’ouvrage note dans son analyse que « les structures socio-économiques et politiques implantées, depuis bientôt cinq siècles, en Afrique subsaharienne, expliquent sa dépendance envers les puissances occidentales, et hypothèquent malencontreusement la relance économique de cette région ». Avant de proposer les pistes de solutions pour une sortie cette dépendance, Lutete Mvemba juge nécessaire de revenir sur les blocages de l’économie des pays africains, qui sont également d’ordre sociopolitique.

Parmi les contraintes économiques et sociopolitiques des Etats africains, développées dans le premier chapitre du livre, l’auteur cite la problématique de la persistance de la pauvreté et des inégalités ; l’absence de la paix à cause de la prévalence des conflits armés ; l’apologie du clanisme et du tribalisme ainsi que l’instabilité politique et la pauvreté culturelle de l’Afrique ‘’qui refuse d’être authentique, en cessant d’importer les valeurs des pays européens et occidentales’’. Et, partant de ce dernier aspect relatif à l’acculturation de l’Afrique, l’auteur sous-tend que la réappropriation des valeurs de solidarité et de communautarisme des africains d’autrefois, c’est-à-dire, ceux ayant vécu avant l’époque coloniale, constitue un des facteurs de relance de l’économie africaine avec le renforcement des liens de divers peuples grâce notamment, aux échanges économiques.

De plus, face à la prolifération et la grande place qu’ont prise les églises dans les pays africains, Albert Lutete Mvuemba pense que ces confessions religieuses devraient prêcher la création d’entreprises prospères sur fond des méthodes inspirées par les récits bibliques. Ainsi, ajoute-t-il : « une telle campagne prédisposerait les africains à produire ce qu’ils veulent consommer, en investissant dans ce qu’ils veulent gagner et en semant là où ils veulent récolter ».

En même temps, il élucide, dans son deuxième chapitre, les distorsions propres au secteur agricole, aux fins de faire mention aux contraintes spécifiques du développement de l’agriculture et du monde rural. Il s’agit de contraintes de coordination des marchés agricoles, la mauvaise qualité des voies de communication pour les échanges et les contraintes techniques, note-t-il. En guise de solution, l’inspecteur général des finances estime que chaque pays devrait investir dans la recherche scientifique et la formation des ingénieurs et « adapter les techniques de pointe à la spécificité agricole».
Par ailleurs, il va sans dire que les passionnés des sciences économiques et tout autre acteur de développement dénicheront, vraisemblablement, dans cet ouvrage, les clés de l’éclosion de l’économie de l’Afrique, dûment sous le plan agricole.

laprosperite

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut