Accueil / Bourse / Début 2015 morose pour les bourses d’Afrique de l’Ouest, selon les indices Standard&Poors

Début 2015 morose pour les bourses d’Afrique de l’Ouest, selon les indices Standard&Poors

Début 2015 morose pour les bourses d’Afrique de l’Ouest, selon les indices Standard&Poors

Les marchés financiers du Ghana, de l’UEMOA et du Nigéria ont affiché une performance décevante au cours du premier mois de l’année 2015 au regard des données qui ont caractérisé les indices Standard & Poors associés à ces places financières. « Le mois a été particulièrement mauvais pour l’Afrique de l’ouest », a commenté Tim Edwards, le directeur de la stratégie sur les investissements indiciels ches Standard & Poors, dans un échange avec l’agence Ecofin.

Dans les détails, l’indice associé au Nigéria Stock Exchange (photo) a perdu 17,8%, celui du Ghana a reculé de 5,8%. Une performance peu surprenante, car les deux pays font face à des défis monétaires importants, qui ont conduit à des désinvestissements massifs de la part des acteurs étrangers, craignant de voir leurs rendements impactés par une monnaie locale toujours en hausse par rapport au dollar

La Côte d’Ivoire qui jouit d’une monnaie plus stable en raison de son rattachement à l’euro, n’a pas fait mieux que les autres. L’indice S&P Ivory Coast a terminé sur un recul de 7,78%.

Durant la période de référence, Ecobank Transnational Incorporated qui est un des acteurs majeurs de ce marché a reculé de 2,2%. Il est possible que l’avertissement sur le risque de réduction des marges annoncé en raison de la baisse des prix du pétrole y soit pour quelque chose.

Onatel, opérateur burkinabé de télécommunications a aussi reculé de 8,11%. Seule la Sonatel qui en début d’année a connu une forte effervescence, affichait encore au 3 février une performance globale de +0,3%.

Malgré ce tableau négatif, les autres marchés financiers africains se sont plutôt bien comportés dans leur globalité, tirés par le Johannesburg Stock Exchange qui, en dépit d’une fin d’année 2014 difficile et d’un début d’année marqué par une pression sur les prix de l’or et des autres métaux, a vu son indice global afficher une belle performance (+5,3%), tirant du même coup toute la région dont l’indice global a progressé de 1,43%.

Dans une échelle plus générale, l’Afrique est restée plus attractive que les autres marchés couverts par l’indice Standard&Poors. Le S&P 500 chute de 3,4%, le S&P 1200 perd 1,8%, le S&P Europe ne progresse que très modestement (+0,04%), et le S&P Emerging Market progresse faiblement de 0,3%.

Idriss Linge
agenceecofin.com

Aller en haut