Accueil / Bourse / Deezer reporte son introduction à la Bourse de Paris

Deezer reporte son introduction à la Bourse de Paris

Deezer reporte son introduction à la Bourse de Paris

Le groupe d’écoute de musique en ligne, qui devait arrêter hier le prix définitif de son IPO, justifie ce report par les conditions de marché.

Deezer n’est pas parvenu à faire vibrer les investisseurs. Le groupe d’écoute de musique en ligne a annoncé hier soir dans un communiqué «le report de son projet d’introduction en Bourse en raison des conditions de marché». Une IPO sur Euronext pilotée par BNP Paribas et Bank of America Merrill Lynch qui devait permettre à Deezer de lever 300 millions d’euros bruts (291 millions d’euros nets) au travers de l’émission de nouvelles actions. Les préparatifs de l’opération ont montré la difficulté de valoriser le modèle du groupe de streaming. La fourchette indicative – 36,40 euros à 49,24 euros par action – donnait ainsi une amplitude de valorisation de 35% avec une capitalisation boursière théorique allant de 884 millions à 1,08 milliard d’euros.
Pandora et Netflix ont joué les trouble-fête Hormis le caractère inédit de l’émetteur, qui voulait prendre de vitesse le concurrent Spotify en se lançant le premier en Bourse, les investisseurs ont pu être désarçonnés par deux contre-performances récentes dans l’univers des contenus à la demande, indiquait hier soir une source proche du groupe. Bousculé par l’arrivée d’Apple Music, le service de webradio Pandora a fait état d’une hausse du nombre d’utilisateurs actifs limitée à 2% au troisième trimestre en glissement annuel. Le groupe coté à New York a abaissé ses objectifs pour l’ensemble de l’exercice, provoquant une chute du titre de 35% vendredi. Par ailleurs, le service de vidéo à la demande Netflix a publié mi-octobre des résultats trimestriels inférieurs aux attentes (avec 880.000 nouveaux abonnés sur son marché domestique contre une prévision de 1,15 million), ce qui a également contribué à chahuter l’action.

Que va faire Deezer ? Dans son communiqué publié hier soir, la société souligne disposer «des capacités de financement et du positionnement adéquat pour poursuivre sa stratégie de croissance». La dernière levée de fonds (Series D), menée par Access Industries, remonte à octobre 2012 pour un montant de 100 millions d’euros. Hier soir, le groupe se contentait d’indiquer qu’il «évaluera ses différentes options de financement dans le futur».
Une autre opération est attendue avec impatience cette semaine à Paris. Il s’agit du groupe de déstockage sur internet Showroomprivé qui vise une capitalisation de 660 à 872 millions d’euros. Le prix doit être fixé demain pour une première cotation le lendemain.

Antoine Duroyon
agefi.fr

Aller en haut