mercredi 26 juin 2019
Accueil / Mines & Energies / Déficit de minerai de fer: les prix au plus haut depuis deux ans

Déficit de minerai de fer: les prix au plus haut depuis deux ans

Déficit de minerai de fer: les prix au plus haut depuis deux ans

Les prix du minerai de fer sont au plus haut depuis deux ans. Le cyclone Veronica vient de perturber la production en Australie. Et nombre de mines au Brésil n’ont pas redémarré depuis la rupture du barrage de Brumadinho.

Les prix du minerai de fer de qualité sur le marché libre ont dépassé 91 dollars la tonne, un record depuis deux ans et même plus de 100 dollars le contrat à terme de la bourse de Dalian en Chine, leur plus haut niveau depuis six ans que la bourse chinoise des matières premières existe. Ce rebond du marché du minerai de fer, personne n’aurait pu le soupçonner encore l’an dernier. Les aciéries chinoises étaient censées produire moins d’acier cette année, or elles absorbaient les trois quarts des importations de minerai de fer.

Bouleversement structurel

Mais les catastrophes se succèdent dans les deux plus grands pays exportateurs de minerai de fer. Le premier fournisseur mondial, l’Australie, vient de subir un cyclone qui a stoppé la production des deux géants miniers BHP et Rio Tinto dans la région de Pilbara, dans l’ouest de l’île. Les expéditions majoritairement dirigées vers la Chine ont chuté à leur plus bas niveau depuis 10 ans le mois dernier. Sur l’année cela devrait signifier 3 à 4 % de production de moins pour chacun des deux groupes australiens.

Des perturbations ponctuelles qui s’ajoutent à un bouleversement plus structurel de l’offre de minerai de fer : la fermeture prolongée, pour des raisons de sécurité, de 17 barrages miniers du géant Vale, un peu plus de deux mois après la catastrophe de Brumadinho qui a fait plus de 300 morts et disparus.

Peu d’alternatives

Il existe peu d’autres ressources, le commerce du minerai de fer est très concentré entre l’Australie et le Brésil. L’Afrique du Sud a légèrement augmenté ses exportations le mois dernier, l’Inde les a doublées mais elle est un tout petit fournisseur de minerai de fer. Pour l’instant, la Chine compte sur ses stocks portuaires, et Pékin prolonge opportunément jusqu’en juin les restrictions qui avaient immobilisé certaines aciéries cet hiver, pour diminuer la pollution atmosphérique.

Claire Fages

rfi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut