Accueil / Développement / Des entreprises camerounaises admissibles au fonds non souverains de l’AFD

Des entreprises camerounaises admissibles au fonds non souverains de l’AFD

Des entreprises camerounaises admissibles au fonds non souverains de l’AFD

Des entreprises camerounaises dont le capital social est majoritairement détenu par l’Etat pourront accéder aux financements non souverains de l’Agence française de développement (AFD), a appris APA lundi auprès du ministère des Finances.

Sept structures étatiques considérées comme pionnières dans ce module suivent depuis quelques jours, une session de formation pour être admissible à ce mécanisme de financement.

Parmi elles, des mastodontes de l’économie nationale, entre autres, le Port autonome de Douala (PAD), la Société camerounaise de raffinage (SONARA), la Cameroon telecommunications (CAMTEL), les Aéroports du Cameroun (ADC), la Cameroon water utilities corporation (CAMWATER), la Société camerounaise des dépôts pétroliers (SCDP) et le Fonds spécial et d’intervention inter communale (FEICOM).

Selon le ministre camerounais des Finances Alamine Ousmane Mey, «dans un monde globalisé où la concurrence est rude, il n’est plus possible pour nous de nous cantonner à des sources de financements traditionnelles ».

Au cours de cette rencontre, il a été question «de préparer les entreprises à mieux connaître la grille de lecture de l’AFD, de leur présenter les pré-requis nécessaires pour obtenir un prêt» non souverain, a indiqué Hervé Conan, le directeur de l’AFD au Cameroun. Parmi ces pré-requis, a-t-on appris, les entreprises doivent obtenir une notation financière auprès d’une agence de notation.

Dans une perspective visant à améliorer la compétitivité des entreprises nationales, le gouvernement avait déjà convié en 2013, des entreprises publiques à s’informer sur l’évaluation du risque de crédit auprès des agences de notation, préalable à toute opération de recherche de financements sur le marché des capitaux.

A ce jour, seul CAMTEL, l’opérateur public des télécoms a tenté cette expérience auprès de l’agence Bloomfield Investment, qui lui a attribué la note BB.

Signature : APA
starafrica.com

Aller en haut