Accueil / International / Deutsche Bank renoue avec les bonus

Deutsche Bank renoue avec les bonus

Deutsche Bank renoue avec les bonus

La première banque allemande va de nouveau verser des rémunérations variables au titre de l’exercice 2017, après les avoir gelées l’an dernier.
« Deutsche Bank is back ». C’est un peu le signal qu’a voulu donner John Cryan, le patron de Deutsche Bank, en confirmant la volonté de la première banque allemande de renouer avec les bonus. L’année dernière, le groupe avait gelé l’essentiel des rémunérations variables pour ses employés de direction, dont le nombre s’élève à environ 25.000 sur 100.000 salariés au total.

« Nous avons toujours dit que nous reviendrions à notre système normal de rémunération variable », a déclaré John Cryan au quotidien financier « Börsen-Zeitung ». « Et nous augmenterons aussi les salaires dans certains domaines. » De fait, Deutsche Bank avait théoriquement prévu de reverser des bonus en 2018 mais il existait un doute sur la mise en oeuvre réelle de cette promesse.

Amende aux Etats-Unis

L’année dernière, le groupe avait sabré les bonus, les abaissant de 2,4 milliards au titre de l’exercice 2015 à 546 millions au titre de l’exercice 2016, selon les chiffres parus dans la presse. Il venait d’écoper d’une facture totale de 7 milliards de dollars liée à son implication dans le scandale des « subprimes », ces crédits immobiliers douteux américains, et cumulait les pertes depuis 2015.

Après avoir ordonné une cure de minceur à un groupe anciennement connu pour les bonus astronomiques de ses banquiers d’investissement, le Britannique John Cryan veut être en mesure d’embaucher de nouveau des talents et repositionner Deutsche Bank : finies les rumeurs de menace de faillite, qui avaient secoué le fleuron de la Deutschland AG ; en avant la croissance.

Le rôle des actionnaires Cerberus et HNA

De quoi faire rêver les investisseurs ? En dépit de l’optimisme prudent diffusé par son patron et une augmentation de capital de 8 milliards, Deutsche Bank est sorti de la crise mais n’a pas encore convaincu les marchés. Malgré l’arrivée du boulimique conglomérat chinois HNA , devenu au printemps son premier actionnaire avec 9,9 % du capital, son cours a fait du surplace l’an dernier.

A Francfort, les banquiers s’interrogent sur les intentions de Cerberus, qui a acquis, fin 2017, 3 % du capital de Deutsche Bank . De quoi relancer les rumeurs de rapprochement avec Commerzbank, qui semblait ces derniers temps intéresser d’abord les étrangers, dont BNP Paribas. Très actif, le fonds d’investissement est en effet aussi actionnaire de la deuxième banque allemande. Certains observateurs avertis décryptent même un projet de Cerberus pour rapprocher les deux banques allemandes.

Thibaut Madelin
lesechos

Aller en haut