Accueil / Auto & Transports / DEVELOPPEMENT DE L’AFRIQUE : L’AERONAUTIQUE ET LES APPLICATIONS SPATIALES PEUVENT Y CONCOURIR

DEVELOPPEMENT DE L’AFRIQUE : L’AERONAUTIQUE ET LES APPLICATIONS SPATIALES PEUVENT Y CONCOURIR

DEVELOPPEMENT DE L’AFRIQUE :  L’AERONAUTIQUE ET LES APPLICATIONS SPATIALES PEUVENT Y CONCOURIR

(Paris, 20 mars 2018) A l’initiative du jeune ingénieur burkinabè Sekou Ouédraogo, l’African Aeronautics and Space Organisation a organisé, dans un restaurant parisien ce 15 mars 2018, un petit-déjeuner de réflexion avec des spécialistes et hommes de médias intéressés par les questions d’aéronautique et d’applications spatiales.

Alors que de plus en plus de pays africains procèdent au lancement de leurs satellites, quelle synergie pour tirer le meilleur parti de l’exploitation de l’espace et des technologies y afférentes ? C’est la recherche de cette dynamique qui anime l’ingénieur burkinabè, qui mobilisent des partenariats et des soutiens, dont celui du célèbre astronaute français Jean Loup Chrétien.

L’Afrique a un immense potentiel, tant sur le plan des ressources humaines que des ressources minières et énergétiques, et portera le monde dans les prochaines années. C’est fort de cette conviction que l’AASO inscrit son plaidoyer, en vue de combler le retard technologique.

Un drone de surveillance dans la lutte contre le braconnage présenté à l'assistance

Un drone de surveillance dans la lutte contre le braconnage présenté à l’assistance

L’aéronautique et les sciences spatiales, a expliqué Sékou Ouédraogo à son auditoire, permettront au continent africain de réaliser des avancées significatives dans divers domaines comme la police, la gendarmerie, la défense, la surveillance des frontières, la sécurité alimentaire la santé, l’éducation…

Concourir au développement des sciences aéronautiques et spatiales en Afrique, promouvoir et mettre en place des projets de développement basés sur le partenariat en lien avec l’aéronautique et les sciences spatiales, et promouvoir la mutualisation des ressources aérospatiales du continent africain, tels sont les trois objectifs de l’association.

sekou

Plusieurs communications et partages d’expérience au cours du petit déjeuner ont permis d’échanger sur les opportunités qui peuvent s’offrir au continent africain, dans le respect de ses spécificités, sans volonté de mimétisme de l’occident.

C’est ainsi que l’expérience d’une jeune start-up ivoirienne qui a conçu une application permettant de piloter la gestion de grandes plantations à distance, a émerveillé l’assistance. Une autre start-up a mis au point un drone permettant de lutter contre le braconnage. C’est dire à quel point, l’aéronautique et la gestion de l’espace pourront permettre au continent africain d’accélérer son processus de développement.

R. A. BAMBARA, AmbabfParis

www.ambaburkina-fr.org

service.presse@ambaburkina-fr.org

www.facebook.com/ambabfparis

 

ENCADRE

Sékou Ouédraogo

La tête dans les étoiles, les pieds sur terre

Sékou Ouedraogo est ingénieur diplômé de l’école d’ingénieurs polytechniques de Nantes (POLYTECH’NANTES), d’un master de l’Ecole Nationale Supérieure des Mines de Paris(ENSMP) /UVSQ et d’un troisième cycle en relations internationales approfondies du Centre d’Etudes Diplomatiques et Stratégiques Paris (CEDS). Il est lauréat du prix du livre spatial du festival aérospatial « Des Etoiles et de Ailes » édition 6 – 2015 pour son ouvrage intitulé « L’Agence Spatiale Africaine, vecteur de développement ». Il est membre associé de l’Association des Journalistes Professionnels de l’Aéronautique et de l’Espace (AJPAE). Après une expérience chez EADS –LV aux Mureaux, d’ingénieur chargé de régulation du troisième étage du lanceur Ariane 5 ESCA, il intègre le groupe SAFRAN. Dans ce groupe, il a contribué au développement de nombreux projets en propulsion aéronautique. Il est actuellement chef de projet aéronautique chez SAFRAN AIRCRAFT ENGINES pour lequel il travaille depuis 15 ans.

Sekou Ouedraogo milite pour la création d’une agence spatiale africaine, à l’image de l’Union africaine, afin de mutualiser les efforts, les connaissances et les moyens. En décembre 2015, avec l’appui du gouvernement du Burkina Faso, dont la capitale Ouagadougou était jadis le siège du Centre Régional de Télédétection de Ouagadougou, Sékou Ouédraogo a organisé une conférence de presse dans les locaux de l’ambassade du Burkina Faso à Paris, pour sensibiliser les opinions.

Des difficultés existent, mais le jeune burkinabè, sait rester réaliste. Empli de détermination et plein de gnaque, il ne veut pas s’en laisser conter. Il sait compter pour cela, sur le soutien de l’équipe qui l’accompagne au sein de l’AASO, dont Jean-Noël Poda, ancien ministre de l’innovation technologique du Burkina Faso, et sur la notoriété de son Président d’honneur, le général Jean Loup Chrétien, ancien pilote de chasse puis spationaute au Centre national d’Etudes spatiales (CNES). Il fut le premier Français, le premier francophone et le premier Européen de l’Ouest dans l’espace en 1982 (lors de la mission franco-soviétique PVH). Il fut également le premier non-Russe et non-Américain à effectuer une sortie extra-véhiculaire dans l’espace

 

 

 

Aller en haut