Accueil / Développement / Développement humain: LE RAPPORT 2016 FAIT LE POINT EN AFRIQUE

Développement humain: LE RAPPORT 2016 FAIT LE POINT EN AFRIQUE

Développement humain: LE RAPPORT 2016 FAIT LE POINT EN AFRIQUE

Le Rapport sur le développement humain en Afrique 2016 a été officiellement lancé, hier, à l’hôtel Radisson blu par le ministre de la Solidarité et de l’Action humanitaire, Hamadou Konaté. C’était en présence de plusieurs officiels dont la coordinatrice résidente du système des Nations unies, Mme Mbaranga Gasarabwé.
« Accélérer les progrès en faveur de l’égalité des genres et de l’autonomisation des femmes en Afrique », thème du lancement officiel du rapport, « les femmes et les filles consacrent 40 milliards d’heures par an à la corvée de l’eau en Afrique subsaharienne », voilà quelques messages sur les banderoles lors de la cérémonie.
La promotion des droits de l’Homme et l’élimination de la discrimination et des inégalités à l’égard des femmes, des hommes, des filles et des garçons sont au centre de l’attention mondiale.
Cependant, malgré la « reconnaissance accrue » des droits des femmes et des avantages que ceux-ci génèrent pour l’ensemble de la société, les inégalités persistent. En moyenne, les pertes annuelles, au titre du Produit intérieur brut (PIB), dues aux écarts entre les genres ont représenté, entre 2010 et 2014, plus de 90 milliards de dollars américains, atteignant près de 105 milliards de dollars en Afrique subsaharienne.

Selon Mbaranga Gassarabwé, l’égalité des genres du point de vue développement humain, « suppose le renforcement des capacités des femmes et l’accroissement d’opportunités s’offrant à elles pour contribuer à l’amélioration des résultats des générations actuelles et futures et favoriser le développement humain selon les trois dimensions économiques, sociales et politiques ».
Pour le ministre Hamadou Konaté, le thème de ce rapport « Accélérer les progrès en faveur de l’égalité des genres et de l’autonomisation des femmes en Afrique » est d’actualité et d’intérêt régional et national en même temps qu’il concerne toute l’Afrique. Il « met en exergue la cruciale et lancinante problématique de l’égalité des genres et surtout de l’autonomisation des femmes et fait le point des avancées en la matière et en matière de développement humain sur le continent ». « Tout en mettant en avant les vrais progrès réalisés en matière d’égalité des genres mais en soulignant également les insuffisances à combler et les défis à relever », a-t-il ajouté.

Le Rapport sur le développement humain examine les progrès accomplis en matière de droit humain en Afrique, au moyen de différents indicateurs élaborés par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) pour l’évaluation de divers aspects du développement humain, parmi lesquels les inégalités entre les genres. Au sujet desquelles (inégalités) d’importants écarts on été mis en relief (par ce rapport) en termes de valeurs et de classement sur l’ensemble de la région africaine, et entre les différentes sous-régions du continent. Il examine aussi le défi de l’égalité des genres en identifiant l’interaction entre les processus politiques, économiques et sociaux qui font obstacle ou contribuent à l’avancement de l’autonomisation des femmes.
L’une des principales conclusions du Rapport sur le développement humain en Afrique 2016 consiste à avancer qu’il n’est pas possible de garantir l’égalité des genres par la seule mise en place de ministère spécifiquement chargé de la problématique « homme-femme » ou de programmes et de projets consacrés aux femmes bien que cela ait son importance. Le rapport préconise d’envisager, plutôt, cette question dans le cadre d’une vaste approche intersectorielle qui impliquerait tous les segments de la société.

Si de manière générale, l’Afrique affiche l’un des taux d’amélioration de Développement humain les plus rapides au monde sur les vingt dernières années, le rapport indique qu’elle possède aussi le niveau de développement humain moyen le plus faible comparé aux autres régions du monde.
La réalisation du Rapport sur le développement humain par le PNUD a débuté en 1990. Il permet de parler des avancées que les pays ont réalisées en la matière mais aussi des défis à relever. La production et la diffusion de rapports nationaux consacrés aux défis du développement humain sont un exercice important encouragé par le PNUD.

En ce qui concerne notre pays, selon Mme Gasarabwé, « grâce à l’engagement du ministère de la Solidarité et de l’Action humanitaire, des rapports nationaux sur le droit humain ont été produits et diffusés ». Ces rapports, a-t-elle poursuivi, constituent des outils de sensibilisation élaborés de manière participative et qui contribuent au renforcement du débat sur le développement ».

K.DIAKITE
essor.ml

Aller en haut