Accueil / International / Devises : en attendant des nouvelles des banques centrales.

Devises : en attendant des nouvelles des banques centrales.

Devises : en attendant des nouvelles des banques centrales.

Ce midi sur le marché des devises, la monnaie unique européenne grapillait 0,20% face à sa contrepartie américaine, à 1,1920 dollar, tendance qui valait aussi contre le yen et le sterling. Contre le franc suisse, l’euro était plus neutre. La réunion de la BCE, prévue demain, et celle de la Fed dans deux semaines sont guettées par les cambistes.

Au mois de septembre, l’agenda des cambistes sera en effet chargé, d’abord par l’actualité des banques centrales : la réunion de la BCE est prévue demain 7 septembre, quand le prochain FOMC de la Fed se terminera le 20 septembre.

‘Le temps de la clarification est venu. Les banques centrales américaine et européenne devraient en effet annoncer cet automne des actions sur leur bilan, et la Fed pourrait même envisager une nouvelle hausse de son taux directeur’, estime-t-on chez matin chez Candriam.

En effet, la Fed a bien entamé le durcissement de sa politique monétaire : après avoir arrêté ses QE (‘quantitative easing’, soit les rachats d’actifs obligataires) voilà trois ans environ, elle a relevé ses taux courts. Et elle a prévenu qu’elle s’apprêtait à réduire la taille de son bilan cette année : en effet, l’arrêt des QE a cessé de faire gonfler son bilan, mais ce dernier est depuis lors stable, et c’est désormais de le ‘dégonfler’ qu’il s’agit. ‘Nous pensons donc que la Fed va graduellement diminuer la taille de son bilan et qu’elle pourrait envisager une nouvelle hausse de son taux directeur entre décembre et mars 2018′, précise Candriam.

Maios plus près de nous, quid de la BCE ? Le principal taux directeur de cette dernière n’a pas été relevé depuis son plus bas niveau actuel, même si l’enveloppe mensuelle consacrée au QE européen a été réduite de 80 à 60 milliards d’euros au printemps dernier. A en croire Candriam, ‘la BCE devrait quant à elle annoncer en octobre qu’elle continuera d’acheter des obligations, mais moins (40 milliards par mois), avant de stopper son programme au deuxième semestre de 2018. Une hausse de taux semble à ce jour écartée dans les prochains mois, même si elle ferait beaucoup de sens pour le système bancaire européen.’

Autres éléments d’actualité en vue : l’agenda politique américain, maintenant que le Congrès des Etats-Unis est rentré de vacances, mais aussi celui d’Europe avec les législatives d’Allemagne, le 24 septembre.

En attendant, estime Saxo Banque, l’agenda statistique américain de l’après-midi ne sera pas dépourvu d’intérêt : ‘les indicateurs macroéconomiques passent en arrière-plan malgré la publication cet après-midi de l’ISM non-manufacturier américain. Cet indicateur est en expansion depuis janvier 2010, signe de la nette reprise américaine, mais montre des signes d’essoufflement depuis le début de l’été. L’intérêt sera surtout d’avoir confirmation ou infirmation du mouvement entamé il y a deux mois’, commentent les spécialistes.

EG
zonebourse

Aller en haut