Accueil / Auto & Transports / Dieselgate : Bosch va débourser 327,5 millions de dollars aux Etats-Unis

Dieselgate : Bosch va débourser 327,5 millions de dollars aux Etats-Unis

Dieselgate : Bosch va débourser 327,5 millions de dollars aux Etats-Unis

Accusé d’avoir aidé Volkswagen à dissimuler l’existence du logiciel illégal qu’il avait lui-même fourni, l’équipementier automobile allemand dit avoir trouvé un accord outre-Atlantique.

A LIRE AUSSI...
Les propriétaires américains de véhicules Volkswagen diesel équipés d’un système de fraude à la pollution vont aussi obtenir une compensation de la part de Bosch. L’équipementier auto allemand a annoncé mercredi qu’il allait payer aux Etats-Unis 327,5 millions de dollars (environ 305 millions d’euros) à des automobilistes et des vendeurs de voitures d’occasion dans le cadre du scandale des moteurs diesel truqués .

“Bosch est parvenu, avec les plaignants, à un accord aux Etats-Unis sur le règlement de la majeure partie des plaintes civiles en lien avec des voitures diesel des marques Volkswagen, Audi et Porsche”, a indiqué le groupe allemand, accusé d’avoir aidé Volkswagen à dissimuler l’existence du logiciel illégal que l’équipementier avait lui-même fourni. Ce logiciel permettait à 11 millions de voitures dans le monde de paraître lors des contrôles moins polluantes qu’en réalité.

Bosch ne reconnaît pas les faits

L’accord prévoit que Bosch paiera 163,3 millions de dollars au titre des véhicules 2 litres, dont la plupart des propriétaires percevront 350 dollars. Tandis que les propriétaires de véhicules 3 litres se partageront 113,3 millions de dollars, la plupart d’entre eux percevant 1.500 dollars.

Bosch relègue ainsi “la majeure partie” des plaintes aux Etats-Unis liées à l’affaire baptisée “dieselgate”. Mais cet accord ne constitue “ni une reconnaissance des faits exposés par les plaignants ni un aveu de Bosch”, affirme le groupe. Bosch compte sur un feu vert définitif de la justice à cet accord début mai.

L’équipementier avait déjà passé 650 millions d’euros de provisions supplémentaires en 2015, notamment pour faire face à d’éventuels coûts liés au scandale. Le groupe fait toujours l’objet d’enquêtes judiciaires en Allemagne et aux Etats-Unis. Volkswagen a, pour sa part, déjà accepté de payer 22 milliards de dollars de pénalités aux Etats-Unis pour contenter autorités, clients et concessionnaires.

lesechos

Aller en haut