Accueil / International / Dix ans après sa chute, AIG rouvre sa chasse aux acquisitions

Dix ans après sa chute, AIG rouvre sa chasse aux acquisitions

Dix ans après sa chute, AIG rouvre sa chasse aux acquisitions

L’assureur américain a mis la main sur le réassureur Validus, basé aux Bermudes, pour 5,56 milliards de dollars. Il ne compte pas s’arrêter là.

Son nouveau patron, Brian Duperreault , l’avait annoncé. L’assureur américain AIG va se montrer actif dans les prochains mois sur le front des acquisitions. Sa première proie : le réassureur Validus, qui va être avalé pour 5,56 milliards de dollars (4,54 milliards d’euros) en cash. AIG verse ainsi une prime de 46 % par rapport au cours de Bourse de Validus, à la clôture vendredi.

AIG tente de se relancer, après avoir frôlé la disparition il y a tout juste dix ans. Le groupe avait alors été sauvé de la faillite par une gigantesque injection de fonds publics, puis avait dû vendre des actifs pour rembourser le Trésor. Depuis deux ans, il avait mis en place un plan comprenant de nouvelles cessions et l’engagement de redistribuer 25 milliards de dollars aux actionnaires via un rachat d’actions et le versement de dividendes.

Nouvelles activités et nouvelles ressources

Sa capitalisation boursière a fondu, de plus de 200 milliards de dollars à son plus haut en 2000 à 55 milliards actuellement. Malgré des performances en dents de scie ces derniers mois, l’assureur commence donc à relever la tête et à se montrer de nouveau offensif.

« Validus est un excellent mouvement stratégique pour AIG, qui apporte de nouvelles activités et de nouvelles ressources à notre métier d’assureur général, élargit notre équipe de direction et approfondit notre expertise en matière de souscription », a expliqué Brian Duperreault dans un communiqué.

Un marché en recomposition

Basé aux Bermudes comme plusieurs acteurs de ce marché, Validus a été créé en 2005 juste après l’ouragan Katrina, à un moment où les primes de réassurance liées aux catastrophes naturelles grimpaient en flèche. Depuis, la société s’est diversifiée : elle couvre aussi les risques liés aux transports (aérien et maritime) et a lancé Alphacat, son bras financier spécialisé dans la gestion d’actifs, notamment les « cat bonds », ces obligations liées aux catastrophes.

AIG ne compte pas s’arrêter là. Revenu à la tête du groupe l’an dernier après être parti quelques années à la concurrence, Brian Duperreault, 70 ans, veut de nouveau élargir le spectre des activités de l’assureur. Il a notamment cité l’assurance-vie et les services liés aux retraites comme potentiels relais de croissance. Il souhaiterait aussi renforcer les activités internationales d’AIG.

Le marché pourrait donc s’animer davantage encore dans les mois à venir alors que le secteur reste morcelé.

Nicolas Rauline
lesechos

Aller en haut