Accueil / Tic & Telecoms / Donald Trump et la Silicon valley enterrent la hache de guerre

Donald Trump et la Silicon valley enterrent la hache de guerre

Donald Trump et la Silicon valley enterrent la hache de guerre

VIDEO Treize figures de l’industrie high-tech ont rencontré le futur président à la Trump Tower mercredi.

C’est une scène que la Silicon Valley n’aurait jamais imaginé possible il y a encore quelques mois. Mercredi après-midi, Tim Cook d’Apple, Sheryl Sandberg de Facebook, Larry Page d’Alphabet, Satya Nadella de Microsoft, Jeff Bezos d’Amazon, Elon Musk de Tesla et sept autres patrons des plus grandes boîtes high-tech ont rencontré Donald Trump, Mike Pence, trois de ses enfants et une partie de son équipe pendant 90 minutes au 25ème étage de la Trump Tower.

Devant une nuée de caméras, Donald Trump a enterré la hache de guerre et caressé son auditoire dans le sens du poil: “On veut que vous continuez sur votre chemin incroyable d’innovation, il n’y a personne comme vous au monde! Tout ce que nous pouvons faire pour vous aider, nous le ferons, nous serons là pour vous!”, s’est-il exclamé.

Volonté de coopérer avec le futur président

Quelques minutes avant, à l’occasion d’un tour de table où chacun s’est présenté, la majorité des participants a fait part de sa volonté de coopérer avec le futur président. “Je suis impatient de discuter des choses que nous pouvons faire pour vous permettre d’atteindre certains de vos objectifs”, a dit Tim Cook.

“Je suis vraiment enthousiaste à l’idée d’étendre notre empreinte industrielle aux Etats-Unis”, a déclaré Elon Musk, dont l’intégration avec le PDG d’Uber Travis Kalanick au conseil d’élaboration et d’évaluation de la politique économique de Donald Trump a été annoncée quelques heures plus tôt.

Seuls Satya Nadella, le PDG de Microsoft, et Brian Krzanich, le PDG d’Intel, sont restés sur leurs réserves, se contentant d’énoncer leurs fonctions sans faire part de leur enthousiasme.

Le réchauffement des relations entre Donald Trump et les patrons du secteur de la high-tech tranche avec l’hostilité qui s’est manifestée des deux côtés pendant la campagne présidentielle. Le futur président y a fait une allusion ironique en déclarant que « tout le monde dans cette pièce devait maintenant (l’)aimer, au moins un petit peu » grâce au « rebond » de la Bourse.

Place de choix pour Peter Thiel

La Silicon Valley a en effet voté à une écrasante majorité pour Hillary Clinton, la seule figure de la tech ayant soutenu Donald Trump étant Peter Thiel, le cofondateur de Paypal, PDG de Palantir et investisseur dans Facebook , qui a eu droit à une place de choix juste à la gauche de Donald Trump mercredi.

Au cours de la campagne, Donald Trump a quant à lui attaqué Tim Cook et Jeff Bezos à plusieurs reprises, le premier sur la question du chiffrement des iPhones et la localisation de ses usines en Asie, le deuxième sur l’indépendance du « Washington Post », le quotidien qu’il a racheté en 2013.

Soutien à l’innovation et création d’emplois au menu

Peu d’éléments ont fuité sur la teneur des discussions, mais l’équipe de Donald Trump a publié un communiqué déclarant qu’ils avaient discuté du soutien à l’innovation et de la création d’emplois aux Etats-Unis, notamment pour les classes populaires.

Egalement au menu, la question des accords de libre-échange et l’accès au marché chinois. Les sujets qui fâchent – l’immigration et la neutralité du net – ne faisaient pas partie de la liste soumise par l’équipe du président, mais le « Wall Street Journal » affirme que la question des visas pour les travailleurs étrangers a été mentionné.

Anais Moutot
lesechos

Aller en haut