jeudi 14 novembre 2019
Accueil / Bourse / Dr Amenouvé: «la BRVM est très attractive»

Dr Amenouvé: «la BRVM est très attractive»

Dr Amenouvé: «la BRVM est très attractive»

De passage à Paris dans le cadre d’une mission de promotion de la place financière de l’Union économique et monétaire Ouest-Africaine (UEMOA), Edoh Kossi Amenouvé s’est entretenu avec Financial Afrik. Le DG de la BRVM est confiant quant au potentiel haussier de la région et des entreprises cotées.

-Monsieur le DG, comment se porte la BRVM en ce dernier trimestre 2019?

La Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) de l’UEMOA a connaît des tendances baissières depuis 2016. Ce cycle se poursuit dans une certaine mesure. Les investisseurs sont toujours dans une phase de vente. Au delà des indices, cette évolution a eu pour conséquence de rendre le marché plus attractif. Notre niveau de PER qui frôlait le ratio de 20 il y a quelques années est ramenée entre 7 et 8 aujourd’hui. D’un point de vue purement financier, le marché devient plus attractif pour ceux qui veulent investir. Nous avons espoir d’un prochain retournement de tendances. D’autant que, toutes choses étant égales par ailleurs, les fondamentaux des économies concernées sont solides et que les entreprises cotées offrent des niveaux de rendement et de dividendes très intéressants.

Le troisième compartiment avait été mis en place pour faciliter l’introduction des PME en Bourse. Quel bilan à mi-parcours peut-on faire de cette innovation?

Le troisième compartiment dédié aux PME a été lancé en décembre 2017. Nous n’avons pas encore de sociétés cotées pour le moment. La bonne nouvelle, c’est que nous avons sélectionné 30 PME de toute l’Union pour les préparer à entrer en Bourse. Ces entreprises proviennent de différents pays et secteurs d’activités, du BTP, à l’hôtellerie, aux TIC, etc. C’est un bon échantillon représentatif de ce que nos pays ont aujourd’hui comme PME. Le processus que nous avons commencé en 2018 prend au moins deux ans. Nous travaillons avec ces PME sur l’amélioration de leurs gouvernance, la préparation de leur business plan sur le long terme, la préparation à la publication des résultats financiers, à la mise en place d’une histoire (equity histoire). Nous pensons que cela va permettre aux PME de se préparer pour intégrer le troisième compartiment dans les années à venir. Nous travaillons aussi avec les fonds d’investissement actifs sur le marché.

En dehors de ce compartiment, y a t-il des introductions en vue pour le reste de 2019 et 2020?

Nous avons bon espoir. Comme toute Bourse, nous avons des phases de développement et d’intégration . Nous avons eu une phase d’accélération des IPO de 2014 à 2019 avec deux introductions en moyenne par année, au dessus de la moyenne africaine. Nous avons attiré neuf sociétés à la BRVM depuis 2014. Mais ce rythme n’est pas contenu. Il y a des phases de préparation suivies d’intégration.

Financial Afrik organise le 19 décembre prochain à Abidjan une journée sur l’inclusion financière. Quid du projet de la Bourse en ligne sensé faciliter davantage l’accès à la Bourse ?

Le projet de Bourse en ligne avance bien. Le cadre règlementaire est bouclé. La mise en oeuvre rapide de cette évolution va suivre. Nous sommes entrain de travailler avec les courtiers qui doivent mettre en oeuvre les plateformes pour recueillir les ordres en lignes lesquelles vont arriver dans notre système de cotation. Nous avons conduit pas mal de missions auprès des SGI pour voir si elles ont les moyens techniques et technologiques pour pouvoir faire de la Bourse en ligne. Il y a quelques unes des SGI qui sont prêtes. Nous pensons qu’elles pourront démarrer dans une vision d’implantation progressive.

financialafrik

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut