Accueil / Bourse / Draghi en « faucon », le Cac 40 a perdu son pari… Pas l’euro

Draghi en « faucon », le Cac 40 a perdu son pari… Pas l’euro

Draghi en « faucon », le Cac 40 a perdu son pari… Pas l’euro

La Bourse de Paris parvient à finir en petite hausse malgré la nouvelle envolée de l’euro. Le Cac 40 a toutefois largement réduit ses gains après la conférence de presse du patron de la BCE. Si la politique monétaire va rester accommodante, elle devrait l’être un peu moins dès le début de l’année prochaine. Une annonce en ce sens est attendue dès octobre.

Un « faucon » est passé par là. Au sortir de la réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne, son patron Mario Draghi, de par ses déclarations lors de la traditionnelle conférence de presse, a renvoyé l’euro à plus de 1,2 dollar, à 1,2059 au plus haut du jour, pas loin de son pic de fin août de 1,2070, alors son meilleur niveau depuis janvier 2015. Etonnamment, malgré la forte poussée de l’euro, la BCE n’a abaissé que très légèrement ses projections d’inflation pour 2018 (de 1,3% à 1,2%). Tant celles de hausse des prix que celles de croissance sont « globalement inchangées » pour le moyen terme, a déclaré Mario Draghi. La reprise économique (revue à la hausse pour cette année, de 1,9% à 2,2%) est « solide », c’est la base même de la « confiance » de la banque centrale dans sa capacité à atteindre son mandat d’une inflation inférieure à, mais proche de 2%.

Quand bien même la BCE entrevoit un début de redressement du « noyau dur » de l’inflation, elle admet aussi attendre des signes qui témoignent de sa durabilité. C’est pourquoi, selon elle, la politique monétaire doit rester accommodante pour accompagner le retour de l’inflation vers sa cible ; ce sera le cas d’ici à 2020, d’après la conviction personnelle de Mario Draghi pour qui « confiance, patience et persistance » sont des maîtres mots. Ce qui ne veut pas dire que la BCE va fainéanter jusque-là. Son QE arrivant à échéance fin décembre, elle va devoir décider rapidement de la suite à lui donner. « On sait déjà que le programme d’achats d’actifs ne s’arrêtera pas du jour au lendemain. Il faut donc un plan, le plus précis possible », nous rappelle dans une interview Frederik Ducrozet, économiste chez Pictet Wealth Management. Ce plan, qui devrait inclure une réduction du montant des achats d’actifs, sera dévoilé « cet automne » a d’abord indiqué M. Draghi avant de préciser que les grandes lignes seront dévoilées le mois prochain « sauf en cas de risques invisibles pour l’instant. » En tout cas, l’institution de Francfort garde un œil attentif sur l’évolution de l’euro/dollar, « source d’incertitude. »

Le Cac 40 a gagné jusqu’à 1%

A regarder ce qu’il s’est passé ces quatre derniers mois, on aurait pu penser que la Bourse de Paris aurait souffert de cette nouvelle poussée de l’euro mais, finalement, pas tellement. Le Cac 40 finit en légère progression de 0,26% à 5.114,62 points. Comme hier, l’indice a été soutenu par la hausse d’Engie, qui a encore engrangé près de 3% aujourd’hui. Il a gagné jusqu’à près de 1% avant l’intervention de Mario Draghi alors que l’euro était, lui aussi, déjà en hausse. De toute évidence, les boursiers et les cambistes avaient des paris totalement opposés, les premiers misant sur un ton « colombe » du président de la BCE quand les autres se positionnaient pour accueillir un ton « faucon ». Les cambistes ont gagné.

investir.lesechos

Aller en haut