Accueil / Non classé / Du lycée pontois au Burkina-Faso

Du lycée pontois au Burkina-Faso

Du lycée pontois au Burkina-Faso

Entreprise_Pontois

L’étudiant Ives Parfait Badiel était au lycée de Pons de 2002 à 2004, en cycle TS-TP. Rentré au Burkina en août 2004, il fait un stage sur le premier échangeur du pays. Quatre mois après, il signe un contrat avec l’entreprise Cogeb pour un poste de chef d’ouvrages de travaux d’entretien périodique de voirie. Fin 2005, il intègre un bureau d’études, se familiarise aux outils de conception et occupe les fonctions de projeteur pour les études d’APS, d’APD et de DAO (1) pour les projets de routes et d’ouvrages d’art.

Après avoir réintégré sa première entreprise, Cogeb, il y devient conducteur de travaux sur un projet de construction et de bitumage d’une route, avant d’opter pour les études d’exécution.

Chargé d’élaborer les plans des projets dès la notification de l’ordre de service et de commencer les travaux, le jeune homme présente les avants-métrés et le suivi financier du projet. C’est également l’occasion pour lui de discuter des choix techniques avec le directeur des travaux et de faire des propositions au représentant du maître d’œuvre.

Ives Parfait Badiel se définit comme « l’interface entre les sous-traitants spécialisés (éclairage public, feux tricolores, signalisations…) et le chantier » et devient responsable des études d’exécution des chantiers de Ouagadougou, capitale du Burkina Faso.

Désormais, son projet est de créer sa propre structure qui s’occupera d’accompagner les entreprises dans l’exécution des travaux.

Solidarité

Son professeur principal au lycée, Jean-Claude-Ferraz (aujourd’hui retraité), est toujours en contact avec lui. À la suite d’acquisitions de nouveaux matériels à la pointe de la technologie, l’enseignant a sollicité le lycée pour que les anciens instruments soient offerts au jeune Burkinabé. Le proviseur, l’intendant et l’ensemble du conseil d’administration ont validé cette option.

En ce début 2014, Ives parfait Badiel devrait recevoir ce matériel, sur lequel il avait travaillé sur un chantier-école de pont, en Charente. Une belle action de solidarité.

Nadine Julliard

SOURCE

Aller en haut