Accueil / Finances / Economie : La Bceao prône l’inclusion financière au cœur du développement économique et social des Etats

Economie : La Bceao prône l’inclusion financière au cœur du développement économique et social des Etats

Economie : La Bceao prône l’inclusion financière au cœur du développement économique et social des Etats

La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a célébré du 26 novembre au 1er décembre, la Semaine de l’inclusion financière dans L’UEMOA. A cet effet, la Direction du bureau du Burkina Faso a animé un point de presse le jeudi 29 novembre 2018 pour faire le point des activités qui se sont déroulées au Sénégal à son siège.

 

L’inclusion   financière   contribue à la réduction des   inégalités   de revenus   dans   les pays   de développement. Placée sous   le thème « Inclusion financière : Levier   du développement économique », la Semaine de l’Inclusion Financière de la Bceao a   permis à l’institution   de rassembler les   acteurs   du secteur   financier afin de   discuter   des problématiques importantes qui   constituent des préoccupations spécifiques et des défis   pour   chaque   pays    de l’union en matière d’inclusion financière.

Selon   Monsieur Kientega   Kaongo Wilfried Séraphin   du Comité   National de   suivi   de la mise   en   œuvre de   la   stratégie   régionale d’inclusion   financière, trois principales activités se sont déroulées au cours des trois jours.  Il   s’agit, des   initiatives   menées par la BCEAO dans le   domaine   de   l’inclusion   financière   dans les pays   de   l’UEMOA qui    s’articulent    autour   des points   tels que les enjeux   de   l’inclusion financière   dans l’UEMOA et bien d’autres.

L’inclusion financière permet aux populations   pauvres d’améliorer leurs   conditions de vie en leur offrant l’opportunité   d’accéder au capital   d’investissement, aux sources   d’autonomie   financière. Aussi l’inclusion   financière   a   été   érigée   au   rang   des   priorités et   apparait comme un instrument privilégié favorisant l’insertion   des   couches sociales   les plus   défavorisées dans le   tissu économique   et   social   de   l’union.  C’est pourquoi la   session   de Dakar a permis de   faire l’état des lieux de l’inclusion financière dans l’UEMOA et la stratégie régionale pour sa promotion de même   que les données   d’inclusion   financière   pour   de   nouvelles opportunités    tout en tenant compte de la dimension genre (femmes, jeunes) mais également de la dimension urbaine, rural.

« Il nous faut nous donner les moyens pour avoir une situation de référence c’est-à-dire une situation de base afin de proposer des politiques appropriées, des services financiers qui répondent aux besoins des populations cibles que nous voulons toucher » a expliqué Monsieur Kientega   Kaongo Wilfried Séraphin.

Il a ajouté qu’une autre session a été consacrée au dispositif mis en place par la Banque Centrale pour accompagner les PME. Des explications de Monsieur Kientega   Kaongo Wilfried Séraphin, les PME dominent le paysage des entreprises du secteur privé dans le monde à 95% dans les pays à faible revenu et dans l’UEMOA (80-95%).

Les PME sont les principales pourvoyeuses d’emplois dans les économies en développement comme celles de l’UEMOA et   représentent 2/3 des   emplois formels dans   les pays en développement et   80% en Afrique subsaharienne. Ce taux   est dû à   l’accès limité aux facteurs de production (énergies…), la concurrence du secteur informel et surtout l’accès limité au financement. A cet effet la BCEAO   s’est donnée comme mandat en vue de proposer un mécanisme de soutien au financement des PME d’impulser une dynamique   à l’inclusion financière.

Durant toutes ces sessions à Dakar au Sénégal, les acteurs ont émis le vœu de mettre l’accent sur la Digitalisation des paiements de l’Etat. Elle a des avantages en termes de gain de temps, de réduction de la corruption mais cela nécessite un préalable, une condition fondamentale ont-ils justifié. « Il faut impérativement disposer d’un écosystème global avec tous les acteurs que sont l’Etat, les autorités de régulation des télécommunications, les émetteurs de monnaie électronique, les institutions financière » a martelé Monsieur Kientega   Kaongo Wilfried Séraphin.

En outre, un forum   de   haut niveau   s’est tenu également à Dakar, en   marge de   cette   semaine   de   l’inclusion   financière    dans l’espace UEMOA autour du thème : « Innovations Technologiques au   service de l’Inclusion financière ». A ce sujet, les discussions ont porté essentiellement sur les initiatives de la BCEAO en matière de développement de services financiers innovants et le rôle de l’innovation technologique dans le développement des services financiers numériques : mobile money et fintech.

Toutefois, le conférencier du jour a indiqué qu’il apparait clair   au terme   des conclusions que La digitalisation n’est pas une option aujourd’hui mais une réalité, un processus inéluctable face auquel on ne peut que s’adapter, l’encadrer. Bref, Il ne s’agit pas de s’opposer à l’innovation financière mais de l’accompagner. A ce sujet, la Banque Centrale a déployé de nombreux efforts depuis 1999 pour favoriser le développement de la diversification des services financiers. Cependant, à ces dires, cet écosystème se révèle être fragmenté avec plusieurs initiatives séparées notamment en matière d’interopérabilité.

La semaine   nationale de   l’inclusion   financière   a pris fin   le   1er   décembre   2018 avec « la   foire de   l’inclusion financière ».

 

Kossi Fiakofi (Stagiaire)

/Ecodafrik.com

 

 

Aller en haut