Accueil / International / Economie : vers une crise mondiale

Economie : vers une crise mondiale

Economie : vers une crise mondiale

L’économie mondiale avance au ralenti, et les difficultés rencontrées par l’Europe, la Chine et les États-Unis ne laissent pas nécessairement envisager un avenir meilleur…

Le réveil de la force ! Le développement de l’économie mondiale s’avère mitigé. L’effondrement et la désintégration de la zone euro sont-ils bel et bien réels ? Une crise plus dévastatrice que celle des subprimes risque-t-elle de voir le jour ? Le ralentissement des économies européennes et chinoises va-t-il plonger l’économie mondiale dans une crise financière interminable ? Va-t-on assister au retour du côté obscur de la force ?

La zone euro en crise

Le ralentissement de la croissance, l’instabilité des marchés financiers mondiaux et la turbulence géopolitique internationale sont les signes d’une économie qui peine à renouer avec la croissance mondiale. La chute libre du cours de l’or noir signe la fin du super-cycle de la dépendance énergétique et des matières premières. Par ailleurs, les déséquilibres macroéconomiques freinent la sortie de crise en Europe avec des taux de chômage avoisinant les 11 % en 2015.

Malgré le programme de “quantitative easing” de la Banque Centrale Européenne (BCE), les injections massives de liquidité qui soi-disant renflouent les caisses du secteur bancaire, toujours fragilisé, ne servent guère à relancer la politique de crédit qui permettrait de booster l’économie européenne. Elle se traduit malheureusement par un accès restreint au crédit sur le marché interbancaire destiné aux ménages et entreprises.

Les Etats-Unis enfoncent le clou

En outre, la Réserve fédérale des États-Unis (FED), avec sa nouvelle politique de hausse de son taux directeur, contrebalance cet effet supposé positif par la fuite des capitaux de la zone européenne.

L’économie chinoise n’avance plus

Dans le même sens, avec le ralentissement de son activité industrielle, l’économie chinoise, seconde plus grande économie mondiale, risque de se retrouver dans l’impasse. Cela s’explique essentiellement par le surinvestissement industriel dont on peut parfois remettre en cause l’efficacité, ainsi que par la spéculation massive des prix de l’immobilier. La récession est imminente.

Un changement de direction de l’économie chinoise est à venir et des tendances inflationnistes commencent à se faire ressentir sur la conjoncture internationale. La récession est omniprésente et se fait percevoir sur le continent américain et européen bien que les analystes mettent en avant des statistiques positives. Il est, dans ce contexte, difficile de prévoir des réformes structurelles qui permettraient de relancer une croissance qui fléchit.

Avec ce virage stratégique de la politique monétaire des États-Unis qui leurre nos sens, et la menace de l’effondrement de l’économie chinoise, le risque d’une récession globale persiste sur l’économie mondiale et pourrait être à l’origine d’une crise mondiale de grande ampleur susceptible de surprendre les observateurs.

Charbel Salloum / Professeur associé, USEK School of Business
lesechos.fr

Aller en haut