Accueil / Tic & Telecoms / Egypte : le régulateur télécoms a augmenté de 30% le coût de la carte de recharge mobile

Egypte : le régulateur télécoms a augmenté de 30% le coût de la carte de recharge mobile

Egypte : le régulateur télécoms a augmenté de 30% le coût de la carte de recharge mobile

Depuis le 29 septembre 2017, la carte de recharge de crédit de communication mobile coûte plus cher en Egypte. L’augmentation est de 30%. Elle a été décidée le 28 septembre dernier par l’Autorité nationale de réglementation des télécommunications (ANRT).

En guise d’augmentation de coût, Mostafa Abdel-Wahed, le patron de l’organe de régulation du marché télécoms local, a expliqué que le prix de la carte de recharge ne changera pas mais c’est plutôt sa valeur qui perdra 30%.

En clair, le client qui achètera désormais une carte de recharge de 100 livres égyptiennes ne recevra plus le montant équivalent en crédit de communication, mais plutôt 70% de ce crédit. Idem pour le client qui achètera une carte de 50 livres égyptiennes. Il recevra plutôt du crédit de communication équivalent à 35 livres égyptiennes, etc.

D’après les explications de Mostafa Abdel-Wahed, cette baisse de la valeur de la carte de recharge est une imposition fiscale payée par les consommateurs afin de permettre aux entreprises télécoms, les seules soumises à de nombreuses taxes pendant longtemps, de développer leur réseau et d’améliorer la qualité de leurs prestations.

Sur les réseaux sociaux, la décision du régulateur télécoms a suscité une vive colère des consommateurs qui ont appelé l’Autorité de la concurrence à l’annuler. Certains ont même menacé de boycotter les services télécoms mobile.

La chute de la valeur de la carte de recharge intervient après la sollicitation introduite en août dernier par les opérateurs télécoms auprès de l’ANRT, pour augmenter leurs tarifs.

En septembre 2016, lorsque le gouvernement égyptien a introduit la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), qui touchait les services de téléphonie mobile de 13% puis de 14% l’année suivante, cette nouvelle imposition fiscale additionnée à la taxe fixe de 8%, a fait grimper la charge fiscale des opérateurs télécoms à 22% sur chaque segment de marché que sont la voix, l’Internet et les téléphones.

Muriel Edjo
agence ecofin

Aller en haut