Accueil / Développement / Elections au Burkina : Il faudra casquer 60 milliards de FCFA

Elections au Burkina : Il faudra casquer 60 milliards de FCFA

Elections au Burkina : Il faudra casquer 60 milliards de FCFA

60 milliards de FCFA. C’est la rondelette somme que l’Etat burkinabè doit mobiliser pour l’organisation des élections en 2015.

Selon le ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité, Auguste Denise Barry, ce budget se repartit en 53 milliards pour la présidentielle et les législatives couplées et en 07 milliards pour la révision exceptionnelle du fichier électoral, envisagée pour fin février 2015. Ces estimations ne prennent pas en compte le vote des Burkinabè de l’étranger qui ne pourront participer aux élections cette année pour des questions « techniques et pratiques » selon le gouvernement de transition.

En plus de cette manne financière, il faudra trouver une rallonge pour l’organisation des municipales. Selon le ministre un couplage des 03 élections aurait coûté 41 milliards mais il aurait été manifestement assez lourd de coupler 03 scrutins le même jour.

La communauté internationale au chevet du Burkina

Le 20 janvier 2015, le Président du Faso, Michel Kafando a reçu tour à tour en audience les ambassadeurs de France et des Etats- unis d’Amérique (USA). Le point de la transition trois mois après, les élections présidentielle, législatives, et municipales, le fichier électoral, les relations diplomatiques, les questions économiques ont été au cœur des échanges entre les diplomates et le président du Faso.

Les USA s’engagent déjà à soutenir le Burkina Faso avec une enveloppe de 3 millions de dollars, plus de 1,5 milliard de FCFA pour l’organisation des élections. La France aussi apportera une aide à travers l’union européenne et d’autres institutions internationales. Les élections présidentielle et législatives couplées se tiendront le 11 octobre 2015 au Burkina Faso. A cet effet, la commission électorale nationale indépendante (CENI) rencontre la classe politique et la société civile le 30 janvier pour discuter sur le calendrier électoral.

Pour beaucoup d’observateurs, ces élections seront parmi les plus ouvertes de l’histoire politique du Burkina Faso après les 27 ans de Blaise Compaoré au pouvoir. Dans les différents états-majors, l’heure et à l’affinement des stratégies électorales. La bataille pour le fauteuil présidentiel s’annonce âpre.

Aimé Florentin BATIONO
Pour Ecodafrik

Aller en haut