Accueil / Mines & Energies / Electricité: Kaléta, de l’obscurité à la lumière

Electricité: Kaléta, de l’obscurité à la lumière

Electricité: Kaléta, de l’obscurité à la lumière

Nul doute que le lancement des premières turbines du Projet d’aménagement hydroélectrique de Kaléta du barrage hydroélectrique de Kaleta a de quoi permettre de nourrir tous les espoirs d’une Guinée émergente. Kaléta prend forme afin de résoudre, en grande partie, le déficit énergétique estimé à 400 mégawatts.

Situé à Dubréka à 150 kilomètres de Conakry, le barrage est réalisé par la société chinoise China Water Energie (CWE) pour un montant de 526 millions de dollars et un délai de construction de 48 mois. Il desservira la Gambie, le Sénégal et la Guinée-Bissau dans le cadre du projet d’interconnexion sous-régionale.

Projet énergétique phare du Professeur Alpha Condé, le barrage hydroélectrique de Kaléta a une capacité de production estimée à 240MW. Financé à 25% par la Guinée et 75% par la CIWE, nul doute que Kaléta est le plus grand barrage hydroélectrique que le pays ait connu. Il viendra tourner la page des délestages intempestifs du courant électrique et servira également de levier pour l’essor de l’industrie minière en Guinée.

Au commencement, la réalisation du barrage hydro-électrique de Kaléta fut inscrite dans le projet Énergie de l’Organisation pour la Mise en valeur du fleuve gambie (OMVG) avec plusieurs composantes, dont la réalisation du barrage de Kaléta, celui de Sambagalou, ainsi que la ligne d’inter- connexion entre les pays membres de l’OMVG (Sénégal, Guinée, Guinée Bissau et Gambie).

« Mais vu l’incertitude qui planait autour de la construction de Kaléta, plus le retard accusé, l’échec des multiples tentatives et la pression des populations, le Président de la République, Prof. Alpha Condé, a ordonné le retrait du projet de l’OMVG, afin de le réaliser dans un cadre guinéen tout en restant dans l’esprit sous- régional », commentait un ancien ministre du secteur énergétique.

Ainsi, l’Etat a aussitôt procédé au retrait du projet, suivi du lancement d’un appel d’offres international. Tout en misant sur la recherche du financement et le choix d’une société chinoise. La participation de la Guinée au projet Kaléta est estimée à 111 millions de dollars. Il faut dire que la mobilisation des institutions bancaire et financière ont été d’un apport inestimable dans le cadre de l’amélioration du cadre de vie des populations.

En juillet 2011, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) fait un don de 10 millions de dollars USD et un prêt de 20 millions USD pour permettre à la Guinée de résoudre les problèmes d’électricité à Conakry. En outre, la Banque africaine de développement (BAD) et la Banque islamique de développement ( BID) mettent la main à la poche en faveur du secteur de l’électricité dans le pays. Il s’est agi également d’aider la Guinée à résoudre les problèmes de production, de distribution et de commercialisation du courant électrique qui constitue le talon d’Achille de la société Electricité de Guinée (EDG).

Infrastructures à portée de main

Au fil du compte à rebours, le barrage hydroélectrique de Kaléta prend les allures d’un gigantisme architectural dont la beauté va traverser des années. Au grand dam de tous ces pessimistes qui écument la cité des rumeurs et autres cabarets, le projet hydroélectrique de Kaléta a véritablement prix son envol. Le bout du tunnel attend d’être atteint à l’aune de la célérité dont les ingénieurs font preuve. Le doute n’a plus droit de cité dans ce projet tant attendu par les populations guinéennes dont les besoins sans cesse croissant en électricité se passent de commentaires.

Il est de notoriété que le projet d’aménagement hydroélectrique a une signification importante en ce qu’il permet non seulement la fourniture du courant électrique à la population, mais participe du désenclavement des riverains en termes économique et social.

Après avoir visité le barrage, il y a juste une année, le Président Alpha Condé avait planté le décor : « Les enjeux de ce barrage, c’est comment transformer les potentialités énergétiques de la Guinée pour servir l’Afrique de l’Ouest. Après ce barrage, vont suivre Souapiti et Amaria », promettait t-il. De ce pas, le chef de l’Etat s’était rendu à la Sous-préfecture de Baady où il a inauguré le pont qui porte le nom de cette Sous-préfecture située à 25 Km de Kaléta. Long de 200m, le pont de Baady a une capacité de 140 tonnes. La réalisation de cette infrastructure est un ouf de soulagement pour les populations des localités.

Sous la houlette de Cheick Talibé Sylla, ministre de l’énergie et de l’hydraulique, docteur Ibrahima Kourouma et Marc Yombouno, respectivement ministre du Commerce et ministre de l’Enseignement pré-universitaire, ont récemment procédé à l’inauguration de trois marchés communautaires et collège. Il s’agit de deux marchés dans la commune rurale de Koubia, notamment à Koubia centre et au district de Gêmètédé. La commune rurale de Tonton, quant à elle, bénéficie d’un marché dans le district de Baady et un collège de quatre classes remis au goût du jour.

Pour rappel, les Sous-préfectures de Baady et de Tondon situées respectivement à 60 et à 75 km de Conakry, constituent des greniers du pays, par leurs immenses richesses agricoles.

Source : guinéetimesmagazine

Aller en haut