Accueil / Développement / En 2015 l’économie chinoise, doit améliorer sa qualité et son efficacité

En 2015 l’économie chinoise, doit améliorer sa qualité et son efficacité

En 2015 l’économie chinoise, doit améliorer sa qualité et son efficacité

Le 5 mars, lors de la délivrance du rapport d’activité du gouvernement, le Premier ministre chinois Li Keqiang a souligné que les principaux objectifs de développement économique en 2015, outre une croissance du PIB d’environ 7%, visent aussi à mettre l’accent sur une croissance soutenue et un ajustement structurel, deux points complémentaires.

Ensuite, lors de la conférence de presse de la 3e session de la 12e ANP, Xu Shaoshi, Directeur de la Commission nationale du développement et de la réforme chinoise (CNDR), a déclaré que le développement économique de la Chine en 2014 a été « plus difficile que prévu, mais les résultats meilleurs que prévu ». Il a souligné qu’en 2015 si l’économie de la Chine va connaitre un ralentissement, cela ne veut en aucun cas dire une baisse de potentiel, de qualité et d’efficacité.

La Commission nationale du développement et de la réforme chinoise, qui est un organisme du Conseil des Affaires de l’Etat, est chargée de la formulation d’études approfondies et de la mise en œuvre des stratégies de développement économique et social, de plans à long terme et annuels, et du macro-contrôle développement économique et sociale coordonnée.

Selon Xu Shaoshi, en 2014, la situation économique mondiale a été grave et compliquée, et l’économie nationale a été confrontée à une pression à la baisse tout au long de l’année. Les performances économiques de la Chine se reflètent principalement dans les concepts des « Trois nouveautés » et des « Trois stabilités » : les « Trois stabilités » sont la stabilité de la croissance économique, la stabilité des prix et et la stabilité de l’emploi constante, et les « Trois nouveautés » se réfèrent à de nouvelles percées pour la réforme et l’ouverture, de nouveaux points saillants dans l’ajustement structurel, et de nouvelles améliorations des moyens de subsistance du peuple.

En 2014, la croissance du PIB de la Chine a été de 7,4%, le plus bas niveau constaté au cours des dernières années. Selon Xu Shaoshi, il faut considérer ce problème d’un point de vue développement dialectique et global : d’abord, une fourchette de croissance économique de 7,4% est raisonnable, en ligne avec les prévisions de l’an dernier de l’ordre de 7,5%, et parmi les meilleures du monde et, deuxièmement, le volume de l’accroissement économique est assez élevé, et troisièmement, la qualité de la croissance économique a été améliorée, ce qui se traduit par deux changements : un secteur des services qui a dépassé le secteur manufacturier, et la consommation qui a davantage contribué à la croissance économique que les investissements.

S’agissant des perspectives de la situation macro-économique pour 2015, la Commission nationale du développement et de la réforme estime que la pression à laquelle l’économie internationale et nationale sont confrontées est loin d’être petite, mais la Chine possède une énorme résilience économique, un énorme potentiel, mais aussi une marge de manœuvre considérable, mais aussi des base solide pour soutenir ses capacités, et des nouvelles industries en pleine émergence, ce qui signifie que la Chine a de grandes marges d’action. « Nous pouvons nous efforcer de parvenir à un ralentissement économique, mais sans en diminuer la qualité ni l’efficacité, et nous pouvons être pleinement confiants en cela », a déclaré Xu Shaoshi.

Source: Le Quotidien du Peuple en ligne

Aller en haut