Accueil / Mines & Energies / En 3 ans, le brut saoudien a énormément perdu du terrain sur les principaux marchés…

En 3 ans, le brut saoudien a énormément perdu du terrain sur les principaux marchés…

En 3 ans, le brut saoudien a énormément perdu du terrain sur les principaux marchés…

En 3 ans, le brut saoudien a énormément perdu du terrain sur les principaux marchés du monde

L’Arabie Saoudite, le plus grand exportateur de brut au monde, a perdu sa position de leader sur neuf des 15 principaux marchés mondiaux au cours des trois dernières années, selon un rapport du groupe de conseil en énergie FGE. « Les temps sont durs pour l’Arabie Saoudite dans l’environnement actuel des coûts du pétrole en chute libre », a déclaré l’analyste de Citigroup Ed Morse. Et d’ajouter « ses rivaux vont sur les marchés très fréquentés de façon très agressive ».

En effet, depuis son retour sur le marché international, l’Iran, par exemple, est en train d’arracher de grosses parts de marché à son ennemi saoudien. Récemment, c’est l’Afrique du Sud qui a annoncé vouloir se tourner vers Téhéran pour s’approvisionner en pétrole. Selon le document, au cours des trois dernières années, les importations sud-africaines de brut ont chuté de 53 à 22%.

En dépit de sa volonté de maintenir sa production, le royaume est de moins en moins important en Chine, aux Etats-Unis, en Corée du Sud, en Thaïlande, à Taiwan et dans plusieurs pays d’Europe occidentale depuis 2013. En Chine, la part des importations chinoises de pétrole saoudien a chuté de 19 à 15%, en raison de l’augmentation des approvisionnements en provenance de Russie. Au cours des cinq dernières années, les exportations russes vers la Chine ont plus que doublé, augmentant de 550 000 barils par jour. La Russie a dépassé l’Arabie Saoudite comme le plus grand exportateur brut vers la Chine au cours de l’année 2015, rappelle Hellenic Shipping News.

Aux Etats-Unis, les importations saoudiennes de brut ont chuté de 17 à 14% en 2015 en raison du boom du schiste.

Cependant, Riyad a gagné des parts de marché au Brésil, en Inde et au Japon en 2015. Ce qui n’est pas suffisant pour combler le vide créé dans les autres pays.

En 2013, les exportations de pétrole brut du royaume représentaient 8,1% de la demande mondiale de pétrole à l’exclusion de ses propres besoins, contre 7,9% l’année dernière.

Olivier de Souza
agenceecofin.com

Aller en haut