dimanche 08 décembre 2019
Accueil / Mines & Energies / « En Afrique, les besoins en infrastructures gazières sont énormes » (Gabriel Obiang Lima)

« En Afrique, les besoins en infrastructures gazières sont énormes » (Gabriel Obiang Lima)

« En Afrique, les besoins en infrastructures gazières sont énormes » (Gabriel Obiang Lima)

Depuis les dix dernières années, la consommation du gaz naturel en Afrique s’est beaucoup améliorée sur le continent. Une dizaine de centrales à gaz sont sorties de terre pendant cette période et plusieurs dizaines d’autres sont prévues pour les prochaines années. On observe ainsi une volonté de plus en plus poussée des pays africains de s’appuyer sur une énergie compétitive et moins polluante que le charbon.

Mais le gaz ne peut jouer ce rôle escompté si les pays africains n’investissent pas résolument dans l’accès au combustible, a déclaré Gabriel Obiang Lima (photo), le ministre équato-guinéen de l’Energie. Et de remarquer que « les besoins en infrastructures gazières sur le continent sont énormes ».

Par rapport aux pays producteurs et grands importateurs du monde (en tenant compte du rapport demande-offre), les infrastructures du continent sont assez marginales, a-t-il ajouté.

Comme approche de solution, le responsable a réitéré la volonté de son pays de mettre en place des circuits de livraison de gaz naturel liquéfié (GNL) au Burkina Faso, au Togo, au Ghana et en Sierra Leone. Pour y arriver, des efforts sont en cours pour l’amélioration, à très court terme, des capacités de production, notamment avec le projet Alen de Noble Energy, dont la production sera transformée au sein de l’unité de Punta Europa.

Pour rappel, la Guinée équatoriale a lancé le programme LNG 2 Africa afin de permettre aux pays d’Afrique centrale et occidentale d’avoir accès au GNL pour produire de l’électricité et réduire leurs émissions de CO2. Le programme a quelque peu été ralenti par l’échec des négociations visant à mettre en œuvre l’installation de liquéfaction de GNL Fortuna FLNG. Mais les analystes ont , à l’unanimité, salué les efforts fournis par le pays pour placer le gaz cœur de son développement industriel.

Olivier de Souza, envoyé spécial à Malabo
agenceecofin

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut