Accueil / Mines & Energies / Énergie : Le Canada 100 % propre en 2050 ?

Énergie : Le Canada 100 % propre en 2050 ?

Énergie : Le Canada 100 % propre en 2050 ?

D’après une étude de l’université de Stanford, deux pays sur trois auraient les moyens de fonctionner uniquement aux énergies propres d’ici 35 ans. Au Canada, la production d’électricité à partir du vent serait trois fois supérieure à celle produite hydroélectricité.

Le monde a bien les capacités de freiner le réchauffement climatique. C’est ce qui ressort d’une étude de la très sérieuse université californienne de Stanford. Les chercheurs ont analysé le potentiel technologique et économique de 139 pays, dont le Canada, à délaisser le charbon, les hydrocarbures et le nucléaire comme sources d’énergie.

Résultat : tous ces États auraient le 100 % renouvelable à portée de main d’ici moins de 35 ans : « Nous avons développé des plans pour transformer les infrastructures énergétiques actuelles (électricité, transports, chauffage/climatisation, industrie, agriculture, forêts, pêche) de 139 pays en des systèmes alimentés par le vent, l’eau et le soleil, annonce l’ingénieur Mark Jacobson en introduction de son étude en cours de finalisation. Cette feuille de route prévoit 80 % de conversion en 2030, et 100 % en 2050. » Si la planète suit cette feuille de route, il y aurait au moins une chance sur deux que le réchauffement climatique soit limité à 1,5 °C, soit l’objectif des accords de Paris signés l’an dernier.

Au Canada : adieu pétrole de schiste, bonjour les éoliennes

Tout un éventail de facteurs a été pris en compte par l’étude, dont la consommation d’énergie utilisée pour… exploiter les énergies actuelles. L’extraction, le transport et la transformation des matières fossiles et de l’uranium exigent en effet une forte consommation énergétique, qui serait bien moindre avec les énergies propres. Dans le scénario des chercheurs, le monde «renouvelable » pourrait ainsi consommer près de la moitié moins d’énergie en 2050 que si l’on restait sur les carburants polluants : Une bonne économie sur les coûts qu’implique la conversion aux énergies solaires, éoliennes et marines.

Et le Canada dans tout ça ? D’après Stanford, le pays dispose non seulement des ressources pour atteindre le 100 % renouvelable, mais aussi du territoire idéal pour exploiter la force des vents. Dans 35 ans, si la volonté publique et privée y est, 50 % de l’énergie proviendrait des éoliennes (sur terre et en mer), un quart serait produite par le solaire, et 15 % par l’hydroélectricité. Tous ces pourcentages sont présentés, pays par pays, dans cette carte interactive du monde.

meteomedia.com

Aller en haut