mardi 18 juin 2019
Accueil / La une / Energies : coup d’accélérateur au parc éolien de Taïba Ndiaye, l’un des projets phares du plan Sénégal vert

Energies : coup d’accélérateur au parc éolien de Taïba Ndiaye, l’un des projets phares du plan Sénégal vert

Energies : coup d’accélérateur au parc éolien de Taïba Ndiaye, l’un des projets phares du plan Sénégal vert
Le Sénégal franchit un nouveau pas dans la réalisation de son projet de parc éolien de Taïba Ndiaye dans la région de Thiès, situé à environ 100 km de la capitale de Dakar. L’ouvrage devrait positionner le pays parmi les leaders de la sous-région en matière d’énergies renouvelables.

Le Sénégal a réceptionné ce jeudi 23 mai les turbines pour le projet éolien Taïba Ndiaye qui devrait augmenter de 15% la capacité de production d’électricité du pays. Destinées à ce premier projet éolien à grande échelle, les différentes parties non assemblées d’une cinquantaine d’éoliennes étaient en transit au port autonome de Dakar, avant d’être expédiées vers la ferme de 40 hectares. Le parc éolien au coût de 342 millions de dollars est l’un des plus importants projets du genre en Afrique de l’Ouest. Il devrait permettre au Sénégal d’atteindre la capacité de 158,7 mégawatts en 2020 et devrait fournir près d’un sixième de l’énergie du pays, selon la société britannique privée d’énergies renouvelables et partenaire, Lekela.

Objectif : 30% d’énergies

Toujours dans l’optique de réussir son mix énergétique, le Sénégal a également un autre projet solaire de moindre envergure en cours de réalisation qui devrait permettre au pays de produire 30 mégawatts. Par ces divers projets dans les énergies renouvelables, le pays de la Téranga veut se positionner en leader des énergies renouvelables dans la sous-région. Le Sénégal a pour objectif d’atteindre 30% d’énergies propres dans les prochaines années, dont une bonne partie proviendra des installations de Taïba Ndiaya. Le projet qui devrait permettre au Sénégal d’éviter de produire 300 000 tonnes d’émissions de carbone est le premier projet d’une telle envergure jamais mené par le pays, selon le directeur général de la société Lekela.

D’un coût global de 200 milliards de francs CFA (342 millions de dollars), le parc éolien de Taïba Ndiaye sera financé à environ 50% par la société Lekela, l’autre moitié proviendra des caisses d’Overseas Private Investment Corp basée aux États-Unis et d’EKF, une société danoise de crédit à l’exportation. Les énergies renouvelables représentent actuellement une infime partie de la production d’électricité de l’Afrique, mais plusieurs projets visent à augmenter cette part dans les mix énergétiques nationaux. Des pays comme le Maroc, la Tunisie, ou encore l’Afrique du Sud ont réussi à développer des parcs éoliens à l’échelle industrielle.

La Tribune Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut