Accueil / Mines & Energies / Engie (ex-GDF Suez) s’offre Solairedirect

Engie (ex-GDF Suez) s’offre Solairedirect

Engie (ex-GDF Suez) s’offre Solairedirect

Le groupe énergétique français Engie (ex-GDF Suez) a annoncé le rachat de Solairedirect, le spécialiste de l’énergie solaire. Cette acquisition lui permet de devenir le numéro un de l’énergie solaire en France.

Dans un communiqué, Engie a annoncé mercredi 1er juillet l’acquisition de 95% de la société Solairedirect, une opération qui permet à l’énergéticien de renforcer sa position dans le solaire en devenant le numéro un du secteur en France avec une capacité installée totale brute de 383 mégawatts (MW). Le montant de la transaction s’élève à un montant légèrement inférieur à 200 millions d’euros, indique ce matin la direction.

“Engie est engagé dans les énergies renouvelables depuis de nombreuses années. Déjà leader de l’éolien en France, nous devenons aujourd’hui le numéro un du solaire”, s’est félicité Gérard Mestrallet, PDG de la société, cité dans le communiqué.

Dans l’Hexagone, Engie, qui totalise 152.900 collaborateurs dans le monde, exploite 22 centrales photovoltaïques au sol pour une puissance totale de 158,5 MW installés. Dans le monde, sa capacité solaire installée atteint 201 MW. Le groupe conduit le projet de centrale solaire thermique à concentration de 100 MW de Kathu en Afrique du Sud et des projets au Chili à différentes phases de développement représentant plus de 600 MW.

Solairedirect dispose de 57 parcs solaires dans le monde

Créé en 2006, Solairedirect, qui emploie environ 2000 collaborateurs, assure le développement, la construction, l’exploitation, la maintenance et le financement de parcs solaires de grande taille sur quatre continents.

Au 31 mars 2015, Solairedirect comptait 57 parcs solaires en exploitation ou en cours de construction, soit un total de 486 mégawatts (MW) dans le monde, dont 224 MW en France.

Pour se développer, le groupe cible l’Afrique du Sud, l’Inde, le Chili, les Etats-Unis, le Mexique et la Thaïlande, et dispose d’un portefeuille de projets en développement en phase de pré-construction de plus de 4,5 gigawatts (GW). Dans son communiqué, Solairedirect précise que 434 MW doivent être construits dans les 6 à 18 mois.

Au printemps, la société avait envisagé de s’introduire en Bourse à Paris pour une capitalisation boursière d’environ 286 millions d’euros, mais avait finalement annoncé un report de l’opération en raison d’une demande insuffisante fin avril.

latribune.fr

Aller en haut