Accueil / Bourse / Entrepreneuriat : le CAC 40 doit-il s’engager ?

Entrepreneuriat : le CAC 40 doit-il s’engager ?

Entrepreneuriat : le CAC 40 doit-il s’engager ?

Selon un sondage réalisée par l’institut Odoxa en partenariat avec Widoobiz pour CorioLink, 85% des personnes interrogées estiment que les grandes entreprises devraient s’engager sur un budget d’aide à la création d’entreprises.

Dans leur grande majorité, les Français en sont convaincus. Le CAC 40 doit soutenir l’entrepreneuriat. Selon un sondage réalisée par l’institut Odoxa en partenariat avec Widoobiz pour CorioLink, 85% des personnes interrogées estiment en effet que les grandes entreprises devraient s’engager sur un budget d’aide à la création d’entreprises.

Les personnes interrogées estiment que l’action des entreprises du CAC 40 en direction de l’entrepreneuriat pourrait être plus dynamique. Ainsi, seuls 20% des Français jugent positif le rôle des entreprises du CAC 40 en matière de création d’entreprise. Ils sont 61% à considérer qu’il est de leur responsabilité de créer des incubateurs pour aider les startups ou les jeunes entreprises en leur apportant un hébergement, des conseils ou encore des financements. Or, 84% d’entre eux déclarent qu’elles n’en créent pas suffisamment !

” Si de nombreux groupes français se sont déjà lancés dans la création d’incubateurs, les Français ne le savent pas encore ou pas suffisamment. Un effort de pédagogie est nécessaire car certains résultats sont inquiétants : c’est la tranche d’âge des 25-34 ans, la plus concernée par la création de startups qui est la plus sévère avec les grands groupes, ils sont uniquement 17 % à considérer que les grandes entreprises jouent un rôle positif sur la création d’entreprise “, explique Amélie Lebreton, co-fondatrice de l’agence CorioLink.

Le CAC 40 attendu dans le domaine du financement

Dans le domaine du financement, précisément, les entreprises du CAC 40 sont attendues. De fait, 85% des Français soutiennent l’idée que les grandes entreprises devraient s’engager sur un budget d’aide à la création d’entreprises, comme la loi leur impose de le faire en faveur des comités d’entreprises. ” Les géants français doivent jouer un rôle moteur en matière de développement de l’activité des créateurs d’entreprises et des PME, à travers notamment la consolidation des filières industrielles. Mais elles devraient être beaucoup proactives quant au développement de nouvelles activités. Le nombre d’incubateurs qu’elles ouvrent n’est pas suffisant. Trop longtemps les grands groupes cotés ont privilégié la création d’entreprise à l’occasion de l’adoption de Plans de Sauvegarde de l’Emploi (PSE) via notamment des outils d’essaimage* défensif “, explique Jacky Isabello, co-fondateur de l’agence Coriolink.

” Elles doivent être davantage proactives et promouvoir la capacité des Français à créer des entreprises. Il n’est pas incongru de demander aux géants du CAC 40 français d’assumer, avec de fortes preuves de leurs engagements, un rôle de polinisateur de l’entrepreneuriat hexagonal ».

L’intérêt du CAC 40

Pour quelles raisons les leaders mondiaux ou européens qui composent le CAC 40 devraient-ils soutenir l’entrepreneuriat ? Selon les résultats de ce sondage, les personnes interrogées considèrent que la création massive d’incubateurs serait favorable à l’ensemble de l’écosystème entrepreneurial, non seulement aux petites entreprises, mais aussi aux plus grosses. En agissant ainsi, pour 75% d’entre elles, le CAC 40 permettrait aux jeunes entreprises de se développer plus rapidement. Elles permettraient aussi d’attirer des talents dans les entreprises du CAC 40 (74 %). Enfin, 69 % y voient un moyen pour les entreprises du CAC 40 d’être à la pointe de l’innovation et pas moins des deux tiers (65 %) affirment que ces incubateurs permettraient de créer de nombreux emplois.

Fabien Piliu
latribune.fr

Aller en haut