Accueil / Auto & Transports / Essai Comparatif : Hyundai i30 Turbo vs. Volkswagen Golf 1.4 TSI

Essai Comparatif : Hyundai i30 Turbo vs. Volkswagen Golf 1.4 TSI

Essai Comparatif : Hyundai i30 Turbo vs. Volkswagen Golf 1.4 TSI

Sortir des Peugeot 308 et Volkswagen Golf ? On l’oublie souvent, mais en dehors des compactes stars les plus vendues d’Europe, il existe des offres moins communes. Au prix d’une Golf TSI correctement équipée, Hyundai propose une i30 Turbo un peu plus pimentée.

Dans l’esprit du public, difficile d’associer plaisir et tempérament à une Hyundai i30. La compacte coréenne mérite pourtant que l’on s’y attarde en version Turbo… Avec son 1,6 l de 186 ch emprunté au Veloster et à sa cousine Kia Cee’d GT, elle assure le sommet de la gamme i30. Pas violent mais doucement sportif, comme peuvent l’être les Ford Focus ST et Peugeot 308 GT. Côté style, ça fonctionne déjà : double sortie, lisérés rouges, large calandre.

Pour la i30 Turbo, comptez minimum 28.500 €. A ce tarif, on dispose d’une Golf moins puissante (1.4 TSI 150 ch), en l’occurrence grimée en version sportive avec kit carrosserie R-Line et jantes 17″ pour notre modèle d’essai, une onéreuse édition limitée 40ème anniversaire (3.800 € de supplément) basée sur la finition supérieure Carat (31.460 € en boite DSG). L’avantage de la coréenne s’effondre hélas à cause de ses 2.200 € de malus gouvernemental (169g/km) : la Volkswagen débute à 29.840 € en finition Carat, déjà convenablement équipée, et ne souffre d’aucune pénalité.

Comparatif-hyundai-i30-turbo-vs-volkswagen-golfComparatif-hyundai-i30-turbo-vs-volkswagen-golf2

 

 

 

 

 

 

 

 

A vivre
L’équipement de la i30 Turbo est plutôt fourni : caméra de recul, toit panoramique, GPS, accès et démarrage mains libres, bi-Xénon sont de série. De son côté, la Golf donne accès à des équipements modernes inexistants sur la Hyundai (maintien de file, freinage d’urgence…) à condition d’y mettre le prix.

Uniquement proposée en 3 portes, la i30 Turbo n’est pas spécialement facile d’accès à l’arrière. Cela dit, une Golf 3 portes impose elle aussi quelques contorsions pour s’y installer. Les passagers arrière disposent dans les deux cas d’un espace convenable pour le segment. A noter qu’avec la découpe des vitres plus étroite et la ceinture de caisse remontant vers l’arrière, l’ambiance est un peu plus confinée à bord de la Hyundai.

En version Turbo, la i30 gagne quelques touches rouges et des sièges typés baquets apportent un peu de cachet, mais pas de quoi transcender la présentation globalement austère. La Golf non plus n’inspire pas la joie de vivre, mais c’est plus sérieux et, sans surprise, mieux construit et plus cossu. Surtout sur notre série spéciale dotée du volant et de la sellerie R-Line. Même à niveau d’équipement comparable, l’écart de standing plaide encore en faveur de la Golf. Notons tout de même que son ergonomie demande un temps d’adaptation : trop de boutons un peu partout, surtout sur le volant !

Enfin, toutes deux font jeu quasi égal côté coffre (378 l pour la i30, 380 pour la Golf), mais le volume de l’allemande est plus facilement accessible et exploitable.

Comparatif Hyundai i30 Turbo vs. Volkswagen Golf 1.4 TSI

Sur la route
Nos deux modèles n’étant pas équipés de la même transmission (manuelle pour la Hyundai, double embrayage DSG pour la Volkswagen), nous ne les opposerons pas sur ce point. Le 1.6 Turbo Hyundai accuse tout de même un certain retard technique. Malgré sa puissance et son couple supérieur (265 contre 250 Nm), il ne fait pas mieux que le TSI côté chrono. Celui-ci accélère presque aussi fort (8,2 s contre 8 s), et consomme presque 1,5 l de moins en moyenne ! Cet écart était prévisible : là où le 1.4 TSI en est au ACT (Active Cylinder Technology, désactivation de 2 cylindres sur 4 à vitesse stabilisée), la Hyundai ne profite ni de Stop & Start, ni de récupération d’énergie au freinage… et doit emmener 150 kg de plus !

Reste que le bloc coréen délivre un agrément intéressant, énergique mais tout en douceur et linéaire. En face, le TSI de la Golf est plus vif à bas régime et sur les intermédiaires mais s’étouffe plus tôt. Il se conduit presque comme un Diesel, tandis que la i30 offre une plus large plage d’utilisation. Par ailleurs, sa sonorité est assez plaisante, même si un peu trop discrète.

Si l’on s’en tient aux prestations moteur, le match est serré. Mais la coréenne cède du terrain dès que la route commence à tourner. Le châssis de la i30, globalement réussi et plaisant avouons-le, est un peu plus ferme qu’à bord de notre Golf (même dotée du châssis sport)… mais pas forcément plus dynamique. Là où la Golf encaisse sereinement les relances, le train avant de la i30 ne contient pas toujours les remontées de couple à bon rythme. De plus, la direction de la Volkswagen offre une consistance plus ferme que sur sa rivale, même si celle-ci propose 3 paramètres dont un mode Sport. Globalement, le compromis confort-dynamisme plaide en faveur de la Golf.

Hyundai i30 Turbo vs. Volkswagen Golf 1.4 TSI3

Bilan
Face à une Golf plus efficace à tout point de vue, la i30 Turbo ne peut guère miser que sur son look et l’argument de la différence. Pour certains, ça comptera sans doute. Tout comme la garantie 5 ans, mais pas assez toutefois pour faire pencher la balance en sa faveur. Ajoutons aux prestations plus modernes de la Golf la question de la revente, aidée par une décote moins brutale. L’issue du match semblait prévisible : victoire Volkswagen.

Antoine Arnoux
turbo.fr

Aller en haut