Accueil / Développement / Étude de la BAD: Femmes et PME, que d’obstacles !

Étude de la BAD: Femmes et PME, que d’obstacles !

Étude de la BAD: Femmes et PME, que d’obstacles !
Les femmes désireuses de devenir chefs d’entreprise font souvent face à une multitude de difficultés.

La proportion de PME marocaines appartenant aux femmes est faible et en proie à des contraintes. De plus, ces entreprises offrent aux femmes des possibilités d’emploi limitées et n’impliquent pas automatiquement une autonomisation économique et des revenus plus élevés, selon une étude que vient de publier la Banque africaine de développement.

Le rapport des femmes à la PME n’est pas reluisant au Maroc. La proportion de petites et moyennes entreprises (PME) appartenant aux femmes est non seulement faible et en proie à des contraintes, mais ces structures n’offrent non plus aux femmes que des possibilités d’emploi limitées. C’est ce qui ressort d’une étude que vient de publier la Banque africaine de développement (BAD) intitulée «Promouvoir l’emploi des femmes d’Afrique du Nord par le biais des PME».

Ainsi, selon les Enquêtes Entreprises de la Banque mondiale, sur lesquelles s’appuie l’analyse présentée dans cette étude, les femmes possèdent environ 8% des PME du secteur formel au Maroc. Et ce, contrairement à l’Égypte où cette proportion est élevée et «soutient avantageusement la comparaison avec celles d’ailleurs».
L’étude de la BAD fait ressortir également que les entreprises appartenant aux femmes emploient plus de femmes que celles dirigées par les hommes, et cette tendance est généralement plus marquée dans les PME. Ce constat est toutefois plus net en Algérie qu’au Maroc et en Égypte.

À l’instar des autres pays de la région étudiée, les femmes-chefs de PME au Maroc signalent des difficultés d’accès au crédit beaucoup plus fréquemment que leurs homologues vivant ailleurs. Au Maroc et en Algérie, les fréquences représentent presque le double de la moyenne mondiale hors-MENA, qui est de 34%.
Cette étude montre également qu’au Maroc, au même titre que dans d’autres pays de la région, les emplois occupés par les femmes dans les PME sont concentrés dans le textile-habillement. Elle relève, en outre, que la contribution de ce secteur dans le nombre total d’emplois dans les PME dirigées par les femmes en Algérie, en Égypte et au Maroc est de 35%, 52%, et 74%, respectivement. D’ailleurs, l’analyse de la BAD enfonce le clou en soulignant que les niveaux de participation des femmes à l’économie ou de possession de PME ne se traduisent pas automatiquement par l’autonomisation économique et des revenus plus élevés. Ce constat concerne aussi bien un pays comme l’Égypte où la présence de femmes-chefs de PME est relativement plus importante qu’au Maroc où le nombre de femmes employées dans les grandes entreprises est assez élevé.

Par ailleurs, l’étude fait ressortir que le Royaume se distingue certes par un taux de chômage moins élevé – soit environ 10% –, mais il reste dans le tiers supérieur de la distribution des taux de chômage féminins dans les différents pays.

Les taux de chômage des femmes représentent plus de 1,7 fois ceux des hommes dans la plupart des pays nord-africains, plaçant ces pays dans la tranche supérieure des 20% de ratio hommes/femmes en termes de chômage dans d’autres régions.

Lahcen Oudoud
lematin.ma

Aller en haut