mercredi 25 novembre 2020
Accueil / Développement / Etude de l’économie verte en Afrique de l’Ouest : les challenges auxquels doit faire face la région.

Etude de l’économie verte en Afrique de l’Ouest : les challenges auxquels doit faire face la région.

Etude de l’économie verte en Afrique de l’Ouest : les challenges auxquels doit faire face la région.

L’économie verte est considérée comme un outil majeur pour promouvoir le développement durable. La croissance verte est de plus en plus attractive, et est devenue au cœur des nouvelles politiques nationales de la région. Le sommet de Rio 20 en juin 2012 a rappelé à la communauté internationale que l’économie verte est un moyen de relancer les engagements des états envers le développement durable.

Analyse des challenges auxquels doit faire face l’Afrique de l’Ouest.

L’Afrique de l’Ouest doit faire face à de nombreux challenges pour maintenir ses engagements envers le développement durable. L’extrême pauvreté, le travail des jeunes et des femmes, l’épuisement et la dégradation des ressources naturelles auxquelles est très largement dépendante la région, les effets négatifs du changement climatique, la question de la sécurité alimentaire, la transparence et la bonne gouvernance de la région sont des exemples d’épreuves que doit traverser la région.

Tout d’abord, l’Afrique de l’Ouest doit faire face au problème de la pauvreté qui persiste malgré les initiatives politiques en faveur de la lutte contre l’extrême pauvreté. L’Afrique de l’Ouest est une des régions les plus pauvres du monde et la plupart des pays les moins développés sont concentrés dans la région. Plus d’un habitant sur deux vit avec moins d’un dollar par jour. Au Bénin, au Togo, au Ghana, la pauvreté affecte moins d’un tiers de la population alors qu’au Burkina Faso, en Gambie, en Guinée, au Sénégal et au Nigéria, près de la moitié vit en dessous du seuil de pauvreté. Au Niger et en Guinée-Bissau, près des deux tiers de la population sont pauvres, de même qu’au Mali et en Sierra Léone.

Ensuite, l’un des principaux défis auxquels doit faire face l’Afrique de l’Ouest est le défi de l’administration politique et institutionnelle. La plupart des pays de la région ont travaillé au niveau national pour réduire de manière stratégique la pauvreté (PRSP) et pour atteindre les priorités du développement durables, d’abord avec les Objectifs du millénaires (MDG) puis ensuite avec les Objectifs de Développement Durable (ODD.) Les pays ont aussi développé des stratégies nationales pour le développement durable (NSSD) mais n’ont pas encore porté leurs fruits pour l’instant du fait du caractère ambitieux des stratégies sur le plan économique, social et environnemental. A l’échelle régionale, des initiatives comme le Programme de Développement de la Communauté (CDP) de ECOWS, le Programme Economique Régional (REP) de la WAEMU et d’autres initiatives sont en train d’émerger. La promotion d’une bonne administration doit se concentrer sur une égalité paritaire, sur le renforcement d’une bonne administration publique et sur l’émergence de communautés locales économiquement fortes.

De plus, la région est confrontée aux problématiques du changement climatique et des dégradations des ressources naturelles. Des rapports ont montré qu’un grand nombre de ressources minérales vont être épuisées d’ici les prochaines décennies et que le stock des ressources naturelles est très sévèrement en baisse à cause de la pression qu’exerce la densité démographique. Pourtant, l’activité économique de l’Afrique de l’Ouest dépend largement de l’agriculture, de la pêche et de la foresterie, tous ces domaines étant considérablement vulnérables face au changement climatique.

Enfin, l’un des principaux défis auxquels doit faire face la région est l’accès à l’énergie. L’Afrique de l’Ouest a le plus bas taux au niveau de l’accès à l’électricité au monde. On observe cependant des disparités suivant les pays : au Ghana, au Sénégal, en Côte d’Ivoire, au Nigéria et au Bénin, le taux est d’environ 50% alors qu’en Guinée, en Sierra Léone, en Guinée-Bissau et au Niger, les taux atteignent à peine 10%. D’importants contrastes peuvent être remarqués entre les zones rurales et les zones urbaines.

mediaterre

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut